DNDR – Dernières nouvelles du Rock’N’Roll #01

J’ouvre une nouvelle rubrique sur ce site rempli d’articles d’un ennui mortel très intéressants, mais qui manque un peu de fun !

De petites mises à jour irrégulières pour vous faire découvrir de fabuleux groupes de Rock’N’Roll qui engendreront à n’en pas douter la musique classique du 22ième siècle et au delà !…

Lipz

Album : « Scaryman » – 2018

La Suède propose à foison des groupes Glam de grande qualité, Lipz semblait n’en être qu’un de plus !
Cependant, ce dernier s’avère nettement au dessus du lot avec d’excellentes compositions, un gros son, un maquillage original et superbement réalisé, je fais le pari que c’est un futur grand si leur début de carrière est bien géré.

Leur premier album est sorti le 1er juin, comme on pouvait s’y attendre ce dernier est excellentissime. Après le boulot considérable déjà effectué par des centaines de groupes prestigieux, comment peut on en 2018  inventer encore des riffs inédits et accrocheurs ?
La réponse est simple : le talent !

 

Fabienne Shine

Album : « Don’t tell me how to shake it » – 2018

Shakin’Street fut l’un des quatre grands groupes de Hard Rock que produisit la France au début des années 80, je vois déjà les petits malins se demander quels furent les trois autres.
Ne faisons pas durer le suspense !
Trust qui vient de sortir un nouvel album fait bien évidemment partie du lot, mais Speed Queen et Ace n’étaient pas d’un niveau inférieur, hélas comme disait le regretté Yoda « En France peu de chances de survivre tu as si du Rock tu fais » !

Fabienne Shine était donc la chanteuse de Shakin’Street dont l’album sorti en 1982 « Solid as a Rock » produit par Sandy Pearlman (producteur des Blue Öyster Cult) fut une révélation. Hélas le groupe fit long feu malgré un potentiel mondial évident.

Après quelques albums éparpillés tout au long des trois dernières décennies, elle nous revient avec un fabuleux album du niveau de « Solid as a Rock ». Cela peut en partie s’expliquer par les prestigieux invités ayant contribué à ce dernier : Nono de Trust, Albert et Joe Bouchard de Blue Öyster Cult et le fidèle Ross The Boss (Dictators).
Une petite anecdote.
Dans les années 80 votre serviteur s’est rendu à un concert de Shakin’Street, c’était sauf erreur à Vesoul (oui c’est en pleine France profonde). A l’issue de ce gig une discussion eu lieu avec la chanteuse et la question des paroles en français versus l’anglais fut posée, n’oublions pas le succès phénoménal à l’époque de Trust et Téléphone. Bien entendu, la réponse tourna autour de la langue internationale etc, etc…

Il semble que l’idée aie mis le temps mais qu’elle semble tout de même avoir fait son chemin dans la tête de l’artiste car on a droit à deux morceaux en Français dans cet album.

The Struts

La perfide Albion va t’elle enfin revenir au premier plan coté Rock’N’Roll ?

Après plusieurs espoirs déçus, il se pourrait bien que Les Struts soient bien le futur du Rock Britannique. Avec leur charismatique chanteur Luke Spiller, véritable Rock star en puissance, ces derniers ont tout pour devenir les superstars planétaires de demain : la classe, le talent, le look.
De plus, le retour du gros son Gibson avec le guitariste Adam Slack est toujours le bienvenu pour un groupe (presque) mainstream.

Dukes of the Orient

Album : « Dukes Of The Orient » – 2018

Après le décès tragique du grand John Wetton, chanteur d’Asia le monde du « rock progressif » était sous le choc. En effet, les quatre derniers albums du groupe peuvent être classés parmi les meilleures productions du genre avec une flopée de hits potentiels et une technicité parfaite.

Qui se souvient par ailleurs que John Payne fut durant une décennie le chanteur du groupe Asia jusqu’à 2006 ?  A cette date, Geoff Downes le remercia et décida de reconstituer le line-up originel du groupe avec pour le dernier album la découverte de Sam Coulson un jeune guitariste surdoué.

Avec son comparse Eric Norlander aux claviers, John Payne a mis 10 années pour peaufiner ce Dukes of the Orient et le résultat est là. Excellentes compositions, ultra mélodique mais musclé quand même, production sans faille, musiciens fabuleux.

Mille Bravos !

Et enfin, un conseil aux jeunes générations : PLAY IT LOUD !

A suivre dans le prochain épisode…

Publié sur Agoravox TV ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s