L’intervention russe en Ukraine révèle le vrai visage haineux et raciste des élites occidentales

Télécharger l’article en PDF :

Depuis le début de l’intervention russe en février dernier, la mainstream nous répète ad nauseam que la Russie de Poutine est un état voyou qui a déclenché un conflit impérialiste en direction de la pauvre Ukraine.
Cette manipulation de la réalité semble fonctionner sur la plus grande partie d’une population décervelée par la propagande gouvernementale et par les médias. Ces derniers que l’on n’ose évidemment pas soupçonner de partialité ont cependant omis de préciser que depuis 2014 l’armée ukrainienne bombarde à l’arme lourde dans le Donbass sa propre population.
Nous allons donc au préalable revenir sur les vraies causes du conflit avant de nous intéresser au déferlement de haine orchestré par les États-Unis et relayés par leurs valets de l’Union Européenne dont la soumission à l’oncle Sam n’a d’égal que leur imbécilité.
Voyons d’abord les causes géopolitiques profondes de cette crise.

Ukraine 2014, coup d’état de la droite pro UE avec la complicité de l’occident…et de milices néo-nazies
On rappelle que l’Ukraine est un pays bicéphale avec l’ouest pro-occidental et en face l’est russophone, Asselineau (vidéo ici) nous donne un éclairage brillant sur les causes historiques de ce contexte.
L’est rassemble principalement la Crimée et le Donbass constitué des deux oblasts de Donetsk et Lougansk. L’Ukraine est également un pays qui a conservé durant son histoire une puissante minorité néo-nazie possédant des liens avec la division SS « Das Reich » responsable en particulier du massacre d’Oradour en 1944 (643 villageois français tués).
En 2014 sur la place Maidan de Kiev, la droite ukrainienne alliée aux partis néo-nazis locaux (Svoboda, Pravyi Sektor) et avec l’appui de la CIA organisèrent de violentes manifestations qui débouchèrent sur un coup d’état avec la destitution du président pro-russe Ianoukovitch régulièrement élu en 2010, voir cet article ici [1].
A Kiev la capitale de l’Ukraine à l’ouest, un gouvernement transitoire pro-occidental russophobe est alors mis en place et l’une de ses premières mesures fut d’interdire la langue russe dans toute Ukraine. Cet acte déclencha des manifestations anti-Maidan massives puis une véritable insurrection dans le Donbass. Dès le mois de mai 2014 le gouvernement putchiste envoya alors l’armée de Kiev attaquer ses propres populations de l’est qui s’organisèrent militairement pour se défendre. Cette guerre civile perdurera jusqu’en février 2022.
Après le coup d’état, avec l’appui des États-Unis et de l’Union Européenne une élection tronquée est gagnée par le milliardaire ukrainien Porochenko, les régions de l’est n’ayant pas pu voter pour cause de conflit armé.
Poutine réagit alors peu de temps après et selon la « jurisprudence Kosovo« , un référendum populaire est organisé en Crimée qui valide à une écrasante majorité son rattachement à la Russie.

Huit années de guerre civile dans le Donbass et pas un mot des médias occidentaux
En septembre 2014 sont signés sous l’égide de l’OSCE les accords de Minsk qui attribuent une autonomie aux deux républiques du Donbass assorti d’un cessez le feu.
Ces accords n’ayant pas été respectés par les dirigeants ukrainiens de Kiev, les combats reprennent puis en novembre 2014 Porochenko donne le ton de ce qui allait suivre :
« Chez nous il y aura du travail — chez eux, non.
Chez nous, il y aura des retraites — chez eux, non.
Chez nous, on s’occupera des enfants et des retraités — chez eux, non
Chez nous, les enfants iront à l’école et dans les jardins d’enfants — chez eux, ils se terreront dans les caves.
Parce qu’ils ne savent rien faire.
C’est comme ça que nous gagnerons la guerre. »

Petro Porochenko, discours à Odessa du 14/11/2014 [2]

De nouveaux pourparlers ont lieu en février 2015 avec cette fois l’implication de l’Allemagne, de la France et de la Russie. Ces discussions ont débouchées sur les accords dits de « Minsk 2 » avec pour principales décisions un cessez le feu avec retrait multilatéral des armes lourdes de la zone de front, la validation d’un gouvernement provisoire à l’est et la poursuite des discussions entre les deux parties.
L’arrêt des combats n’a à nouveau jamais été respecté coté Forces Armées Ukrainiennes (FAU) de Kiev, en témoignent les reportages de Christelle Néant qui relaya inlassablement sur sa chaine YouTube puis sur Odysee [3] les violations systématiques du cessez le feu par les FAU avec bombardements récurrents des zones civiles.
Un reportage d’Anne Laure BONNEL [YouTube, Odysee] tourné en 2015 commençant par le discours de Porochenko retranscrit ci-dessus et qui montre la situation dramatique des civils du Donbass retranchés dans des caves sous les bombes de Kiev ne fut jamais médiatisé en France [4].
Il fallut attendre mars 2022 et l’interview de cette dernière par André Berkoff sur Sud Radio (vidéo ici) pour lui donner une visibilité médiatique et rééquilibrer un minimum la propagande officielle. Cependant tout est fait en sous-main (synthèse édifiante ici) pour étouffer toutes actions journalistiques occidentales dénonçant les crimes du camp du bien, n’oublions jamais l’emblématique Julian Assange assassiné à petit feu dans sa prison de Belmarsh par l’exemplaire démocratie britannique dans un silence médiatique assourdissant.

Durant ces 8 années de bombardements des civils dans le Donbass, aucune couverture de la MSN, nul ne vit les experts de plateaux autoproclamés ou autres Gamelins (généraux séniles en retraite) dénoncer le sort des russophones ni des drapeaux de Donetsk ou Lougansk en vignette de toutes les émissions TV.

Les accords de Minsk ne furent donc jamais respectés par les FAU malgré le fait que la France et l’Allemagne s’étaient engagées à faire pression sur le pouvoir ukrainien en ce sens. Aucune sanction économique sur ce dernier, nous n’eûmes droit qu’aux logorrhées macroniennes habituelles qui ne gênent personne de part chez nous mais qui ont finit par convaincre définitivement le très patient président russe qu’il n’y avait rien à attendre de ce coté là après 8 longues années de pseudo-négociations.
Durant tout ce temps, l’OTAN en a profité pour entrainer à la guerre urbaine l’armée de Kiev associée à ses milices milices néo-nazies, bataillon Azov & Co. En parallèle, une énorme concentration de troupes s’était installée dans de puissantes fortifications sur la ligne de front en prévision d’une future offensive générale vers l’est.
Cerise sur le gâteau, Gabriel Attal le porte-parole du gouvernement reconnait (ici et ici) que la France était depuis 2014 le premier fournisseur d’armes à l’Ukraine, magnifique ou maladroit aveu car une réelle volonté de négocier impose la neutralité et surtout de ne pas prendre parti.

L’OTAN, un instrument au service de l’Amérique
L’OTAN fut créé en 1949 en tant qu’alliance occidentale pour faire face à l’URSS, en réponse cette dernière constitua le pacte de Varsovie en 1955 en associant à la Russie les pays satellites du bloc communiste de l’est. En 1991, après la fin de l’URSS, le pacte de Varsovie fut dissout mais pas l’OTAN…
Personne ne conteste plus le fait qu’en février 1990 le secrétaire d’état américain déclare à 3 reprises à Gorbatchev :
« La juridiction militaire actuelle de l’OTAN ne s’étendra pas d’un pouce vers l’est »
Ce point fondamental fut encore confirmé récemment par Roland Dumas, ministre des affaires étrangères de Mitterrand, vidéo ici.
On sait ce qui advint, dans la grande tradition anglo-saxonne les américains ont as usual violé leur parole en effectuant deux extensions majeures de l’OTAN vers l’est en 1999 et 2004 constituant sournoisement un quasi encerclement de la Russie.

En synthèse, les États-Unis veulent à tout prix conserver leur hégémonie militaire sur la planète et tout pays qui ne plie pas est considéré comme un ennemi, la Russie et la Chine sont donc rangées dans cette catégorie.

Au niveau géopolitique, le point de vue anglo-saxon fut théorisé par Spykman et Mac Kinder (Heartland et Rimland) avec l’objectif fondamental d’empêcher à tout pris l’Europe de l’ouest de s’unir avec la Russie et de former un bloc très puissant, l’Ukraine étant en plein centre de la zone tampon. En effet, une zone avec des matières premières à foison, une industrie très développée et un énorme marché dominerait la planète. Ajoutons à ceci que comme l’avait anticipé Eisenhower, le complexe militaro-industriel américain est devenu un pôle de puissance majeure de l’état profond US. Ce dernier est un pourvoyeur massif d’emplois dans de nombreux états américains finançant les campagne électorales des deux principaux partis, il faut donc justifier la production en masse de canons via entre autres la création ex-nihilo d’ennemis.
Les vassaux européens et leurs gouvernements sans cervelles quasiment tous inféodés suivent alors comme des toutous sans aucune compréhension des enjeux et contre leurs propres intérêts.
En Ukraine, le président Zelensky, ancien clown d’une émission de TV locale, idole de BHL et corrompu notoire dénoncé par les Pandora Papers, fut élu en 2019 sur la promesse de mettre fin au conflit à l’est. Ce dernier n’a non seulement pas respecté cet engagement mais il était bien décidé à faire entrer l’Ukraine dans l’OTAN après avoir nettoyé militairement le Donbass.
Ce fut le franchissement de la dernière ligne rouge pour la Russie.

Intervention russe en Ukraine
Après 8 année d’attente pour la mise en œuvre des accords de Minsk négociés entre l’Allemagne, la France et la Russie, Vladimir Poutine a compris que le sort du Donbass ne serait jamais réglé pacifiquement et qu’il allait continuer à se faire « balader » par les occidentaux.
De plus sur le front du Donbass, l’armée ukrainienne avait semble t’il planifié pour le mois de mars 2022 une attaque massive des zones séparatistes (une synthèse ici).
La suite était facile à imaginer, sans réaction de la Russie, l’armée séparatiste aurait été écrasée puis l’Ukraine « réunifiée » -sauf à priori la Crimée- n’étant plus en conflit armé aurait pu entrer dans l’OTAN avec un storytelling occidental sur la liberté des peuples à à disposer d’eux-mêmes. Les américains auraient alors eu tout loisir d’installer ultérieurement des bases militaires équipées de missiles nucléaires pointés vers la Russie à quelques minutes de vol de Moscou pour assurer la « protection » d’un membre de l’alliance.
Plusieurs lignes rouges ayant ainsi été franchies ou en passe de l’être il ne restait plus beaucoup d’options à la Russie pour protéger sa souveraineté.
Rejetée par l’occident depuis plus de vingt ans, cette dernière n’avait plus grand chose à perdre de ce coté là, elle décida alors de lancer une intervention militaire pour reprendre les territoires russophones occupés par les kieviens et empêcher ces derniers de plonger le Donbass dans un bain de sang. Contrairement aux guerres occidentales dites justes, les objectifs de l’intervention ont été fixés au départ, à savoir la libération du Donbass avec la démilitarisation de l’Ukraine afin que cette dernière devienne une zone tampon inoffensive entre la Russie et l’occident. Dans la foulée, on en profite pour éradiquer les puissants groupes néo-nazis, certes relativement minoritaires mais ayant noyauté le pouvoir et l’armée de ce pays.
Le président américain du moment Joseph Biden, un vieillard sénile et retors avec d’importants « intérêts » familiaux en Ukraine profita donc de la situation pour inciter ses « alliés » européens à prendre des sanctions tous azimuts contre la Russie, ces derniers plus royalistes que le roi ne se firent pas prier.

L’impact de ces sanctions économiques quasiment nul sur la Russie sera en revanche dévastateur pour les économies d’Europe de l’ouest (Sapir, Gave, Asselineau).

Un déferlement de haine hystérique des élites, l’UE c’est la guerre !
Ce contexte a alors permis de montrer le vrai visage haineux et raciste des dirigeants occidentaux et en particulier de l’Union Européenne vis à vis de tout ce qui est Russe. Cette sociologie des élites européistes n’est pas sans rappeler la haine des juifs du siècle dernier ou la chasse aux sorcières communistes des années 50 aux USA.
Un accessit particulier pour la présidente de la Commission Européenne Ursula Van Der Leyen (surnommée affectueusement « La Hyène » pas ses opposants) qui se prend pour l’impératrice d’Europe, une arriviste allemande aux ordres des américains dont le niveau d’impéritie et d’imbécilité n’a rien à envier à celui des élites franco-françaises. Cette dernière fut exfiltrée vers la CE à la suite de scandales multiples révélés par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel sur sa gestion désastreuse des ministères qu’elle a dirigés et ses dépenses pharaoniques vers des cabinets de conseil, Mac Kinsey sévit également outre Rhin ! Citons aussi pour mémoire ses petits arrangements entre amis avec Pfizer et la fameuse affaire des textos effacés.

Armés de leur stupidité ordinaire, les euronouilles décidèrent de trains successifs de sanctions contre la Russie incluant la censure totalement illégale des médias russes. Cette dernière s’y étant préparée de longue date, lesdites sanctions feront beaucoup plus de dégâts à l’Union Européenne (Charles Gave).
Au dernier pointage on parle de remplacer le gaz russe bon marché acheminé par des tubes non polluants par du gaz de schiste américain. Nous attendons toujours la réactions des écologistes pour dénoncer en premier lieu la destruction de l’environnement en Amérique du nord et en second lieu l’empreinte carbone pour transporter le gaz liquéfié par des méthaniers extrêmement polluants sur plus de 10 000 km. N’oublions pas la réouverture de centrales à charbon également très écologiques pour compenser la diminution des importations de gaz russe.
N’en jetez plus !

Pas question pour l’eurocratie de négocier des accords de paix en tant que médiateur, l’UE « c’est la paix » jette de l’huile sur le feu en livrant des tombereaux d’armes à l’Ukraine afin de faire durer le conflit et martyriser encore plus ce pays au risque de provoquer un dérapage menant à un affrontement généralisé avec une puissance nucléaire, à noter une nouvelle fois après le Yemen l’utilisation des canons français César pour bombarder des civils (autre preuve ici).

Autre idée de génie, on tente d’accélérer la candidature de l’Ukraine ou de ce qui en restera pour faire entrer dans l’UE un nouvel état en faillite et corrompu jusqu’à la moelle.
Et pendant que les guignols occidentaux se pavanent au G7 en Bavière, les BRICS en face qui représentent l’avenir montent en puissance avec de nouvelles nations majeures candidates à l’adhésion, Idriss Aberkane en fait une excellente analyse ici.

En France, il n’y a bien entendu rien à attendre de Macron ni de son ministre Bruno Lemaire « Gamelin de l’économie » qui voulait « effondrer » l’économie Russe, tristes individus dont on connait le pédigrée et dont la défense des intérêts nationaux ne fait pas partie de leur logiciel. On rappellera seulement les premiers exploits de Macron avec la trahison Alstom.
Nous sommes donc revenus dans un contexte politique très similaire à celui de celui de 1940 dénoncé par De Gaulle dans son discours du Caire en juin 1941 avec :
« …Une clique de politiciens tarés, d’affairistes sans honneur, de fonctionnaires arrivistes et de mauvais généraux… ».

En supposant très hypothétiquement que l’on retrouve un jour un véritable chef d’état dans ce pays, une politique rationnelle et souveraine consisterait à faire parler la diplomatie avec une France dans une position de médiateur entre les belligérants.
Rien de tel en Macronie, ce gouvernement est par nature aligné sur la politique américaine avec une presse dominante qui suit comme un seul homme. On observe alors de grands spécialistes de plateaux qui appliquent l’adage BFM « je ne sais rien mais je dirai tout » et nous expliquent doctement que Poutine doit être victime d’une pathologie mentale pour s’en être pris sans raison à la pauvre Ukraine.
N’oublions pas de citer nos trois pieds nickelés, guérilleros de Saint Germain des Prés, que sont BHL, Enthoven et Glucksmann sautant comme des singes d’un plateaux TV à l’autre pour réclamer une intervention militaire de l’OTAN en Ukraine.
Poutine en tremble et n’ose plus sortir de son QG sous-terrain !
Ce flot incessant de propagande médiatique semble hélas faire son effet sur une grande partie de la population lobotomisée qui se mit à haïr les russes sans savoir pourquoi en agitant de petits drapeaux bleu et jaunes. Cette situation étant très similaire au matraquage sur le devoir civique consistant à se faire injecter à répétition un produit anti Covid expérimental et inefficace pour, nous répète t’on, sauver la peau de son voisin.

Un ancien parfum d’antisémitisme ayant muté en russophobie, incroyable florilège de réactions occidentales nauséabondes
Les GAFAM comme Facebook et Instagram ne sont pas en reste du panurgisme ambiant et jettent à la poubelle leurs prétendues belles valeurs dès lors qu’il s’agit de casser du russe en autorisant les messages de haine et d’appels au meurtre.
Les grandes marques occidentales suivent obséquieusement le mouvement à l’exemple de Chanel qui ferme ses boutiques en Russie.
Les artistes sont également sommés par leurs employeurs de se positionner du côté de la bien-pensance sous peine d’ostracisation et donc de perte d’emploi, on assiste à un déferlement de bêtise abjecte contre tout ce qui évoque la Russie.
Tout ceci nous rappelle la situation d’il y a plus d’un siècle avec l’affaire Dreyfus suivie quarante ans plus tard de la chasse aux juifs par le régime pétainiste de Vichy, il suffit de remplacer le mot « juifs » par le mot « russes » et tout recommence.

Florilège :
. La diaspora russe en France victime d’imbéciles lobotomisés par les médias
. exclusion des concours félins des chats ayant un pédigrée russe
. exclusion d’un chef d’orchestre russe refusant de condamner la guerre en Ukraine
. exclusion de tous artistes russes des manifestations nationales
. boycott des ballets de Saint-Pétersbourg
. Exclusion des équipes de football russes des championnats européens
. etc

Sur le terrain militaire, les russes ont évidemment le monopole des crimes de guerre contrairement aux ukrainiens dont le comportement est exemplaire, alors pourquoi des militaires d’une probité sans faille abattent t’ils des prisonniers russes sans défense (voir ici) et pourquoi les mêmes bombardent t’ils les quartiers civils en zones urbaines (Voir ici) ?

En réaction à ce contexte de racisme d’état, un sénateur LR isolé réagit cependant avec une lettre au gouvernement, des mois après la réponse est toujours en attente.

Conclusion
Le conflit en Ukraine a débuté en 2014 dans un silence assourdissant des médias occidentaux. Après huit années de bombardements continus des oblasts russophone d’Ukraine par l’armée de Kiev noyautée par des néo-nazis, des accords de paix tripartites négociés à Minsk ne furent jamais appliqués par le côté occidental. Avec un OTAN qui se rapproche de plus en plus, Poutine a compris que les intérêts existentiels légitimes de la Russie ne seraient jamais pris en compte. Dans une logique clausewitzienne, il décide donc en février 2022 d’intervenir militairement pour venir en aide aux russophones du Donbass ce qui provoqua cette fois un matraquage médiatique occidental antirusse en règle.
L’UE cornaquée par les USA prit alors une posture de défenseur de la veuve et de l’orphelin de l’Ukraine de l’ouest (l’est russophone ne compte pas) et commença à rétablir un véritable rideau de fer avec la Russie.
On vit alors tout le fiel et toute la haine de nos élites se révéler au grand jour sans que ces dernières ne comprennent qu’elles étaient en train de se suicider économiquement en se coupant des matières premières bon marché et des échanges avec une Russie que l’on force à se tourner de plus en plus vers la Chine et l’Inde.
L’occident croit isoler la Russie alors que c’est ce dernier qui s’isole du reste de la planète.
A court terme, les USA sont les grands gagnants de la situation avec la décision de l’UE de réorienter à prix d’or leurs achats de gaz vers le schiste américain et la perspective de ventes d’armes massives, mais ils perdront à long terme avec la perte de confiance de la planète dans leur monnaie comme en témoigne la dédollarisation largement initialisée.
Une nation n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts.
L’Allemagne applique ce principe et joue les équilibristes entre ces derniers et sa soumission pas tout à fait totale aux USA. Le plus inquiétant concerne l’annonce de son réarmement qui n’a jamais été historiquement une bonne chose pour nous et qui s’est toujours très mal terminé.
Coté Français, une politique intelligente resterait encore et toujours celle préconisée par De Gaulle avec une France indépendante et de bons rapports avec la Russie pour remettre en place une alliance de revers vis à vis de notre encombrant et dangereux voisin.
La mauvaise nouvelle est la réélection du pitoyable Macron en 2022 tempérée il est vrai par sa franche défaite aux législatives. Ce dernier va tout faire pour poursuivre sa politique de destruction de notre souveraineté au profit de la double domination allemande et américaine même s’il n’aura en principe plus les mains aussi libres que durant son premier mandat.
Ce qui est certain, c’est qu’un jour viendra où cette clique de politiciens tarés, d’arrivistes et autres affairistes sans honneur devront rendre des comptes à la justice dans le cadre d’un nouveau Nuremberg.
Pour finir, je laisse la parole à Pierre De Gaulle, le petit-fils du Général s’exprimait le 14 juin 2022 à l’ambassade de Russie en France à l’occasion de la Journée de la Russie, en dix minutes tout est dit, vidéo ici.

Liens
[1] Synthèse sur l’Ukraine, une contre-propagande médiatique (Sur ce site)
[2] « Leurs enfants se terreront dans des caves » : Porochenko, une certaine idée de l’Humanisme – Site « Les-crises.fr »
[3] « Donbass Insider » par Christelle NÉANT, journaliste franco-ukrainienne localisée dans le Donbass – Site Web ici, Chaine Youtube ici et Odysee ici.
[4] Anne Laure BONNEL – reportage de 2015 ici et ici (Odysee).

Pour suivre le conflit en Ukraine hors propagande
[10] Série Ukraine – Site « Les-crises.fr »
[11] Site « Les conflits en cartes« 
[12] Stratpol – Site de Xavier MOREAU basé à Moscou, ses bulletins vidéos réguliers ici.
[13] « Donbass Insider » : site de Christelle Néant, journaliste in situ dans le Donbass, sa chaine Odysee ici.
[14] Chroniques du Grand jeu – Excellent site alternatif de géopolitique
[15] Le Saker Francophone – Site alternatif de géopolitique avec de nombreux intervenants spécialisés

Dernière MAJ : 2022-07-20

Article publié sur AgoraVox ici.
(Pic audience #1)

6 réflexions sur “L’intervention russe en Ukraine révèle le vrai visage haineux et raciste des élites occidentales

  1. Je ne peux qu’être d’accord avec ce résumé de la situation.
    L’asservissement de nos dirigeants couplé à une MSN soudés dans leur russophobie montre que la soft power US depuis 1945 à porté ses fruits, aidée par la crétinisation de nos dirigeants.
    Ce qui m’inquiète c’est la conjonction de cette guerre et la dégradation accélérée de l’économie occidentale, principalement européenne ; notre poudré n’a-t-il pas parlé d’économie de guerre?
    Quand je vois le conditionnement hystéro-sanitaire reprendre nous ne sommes plus très loin du retour des pass en tous genres (sanitaire, carburant, déplacement…) que justifierait le retour des difficultés conjuguées à la mauvaise saison.
    « Qui contrôle les médias contrôle l’opinion « … on n’est pas sorti !
    Un espoir cependant, c’est que cette guerre provoquée pas les USA risque de donner le coup d’envoi de la dédollarisation du monde, l’arroseur risque bien de devenir l’arrosé.
    Ce qui nous laissera globalement affaiblis devant le vrai danger : la Chine.

    Aimé par 2 personnes

    • Vous avez raison au sujet de la vassalisation de l’Europe de l’ouest à cette ancienne « colonie britannique qui a mal tourné » comme le disent très justement les indiens (de l’Inde).
      La dédollarisation est cette fois bel et bien en marche car le monde -hors occident- soit 80% de la planète a pu se rendre compte que le droit de propriété vient d’être détruit par les occidentaux comme en témoignent les 300 Milliards de réserves de changes russes « gelées » d’une manière complètement illégale.
      Mis à part la Russie et la Chine qui dédollarisent pour des raisons évidentes on voit le Japon, l’Iran, l’Inde, l’Arabie Saoudite aller dans ce sens, c’est le début de la fin pour la monnaie de singe US.
      Le comportement irresponsable des occidentaux valide magistralement la fameuse citation de Lao Tseu :
      « Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

      Aimé par 1 personne

  2. On peut très bien développer une théorie cohérente en soi mais mais totalement erronée quant à la réalité des faits.
    Vous pourriez être crédible si Poutine était un démocrate qui laisse s’exprimer les oppositions, mais ce gentil garçon emprisonne et torture ses opposants et ment ouvertement à sa population. Il a fait disparaitre du circuit la plupart des personnes qui l’ont aidé à conquérir le pouvoir. Il se présente et vit comme un tsar éloigné de sa population tant par la distance que par le luxe dans lequel il se complet.
    C’est un personnage mégalomaniaque qui ne voit les relations avec les autres que par la force et son rêve est de laisser sa trace comme celui qui aura redonné vie à la Grande Russie.
    Alors oui nous sommes associé aux USA depuis le Plan Marshall, même si l’UE commence juste à comprendre, avec le délire Trumpiste, qu’il est nécessaire et vital d’assurer une plus grande part dans la défense de son territoire mais aussi et surtout de ses valeurs humanistes et démocratiques.
    Si une part des ukrainiens ont pendant la guerre embrassé les idées nazie, n’oublions pas qu’en France nous avons eu Pétain et des milliers de « bons français » qui ont participé avec zèle à la déportation de milliers de juifs, de communistes et d’homosexuels, mais c’était un autre temps.
    Quand un pays à vécu sous la coupe de l’envahisseur pendant des décennies il est normal que le nationalisme soit fort et connaisse quelques dérives, néanmoins depuis Maïdan l’Ukraine a choisi la démocratie à l’occidental avec une volonté de se rapprocher du modèle européen, ce qui n’a pas plu à Poutine qui considère que malgré le fait que l’Ukraine soit un état souverain elle ne peut décider de son destin. D’où l’invasion de la Crimée et de du Donbass dont les séparatistes sont soutenus militairement par Poutine.
    En conclusion la position de l’occident n’est pas du racisme anti russe mais une réponse à l’impérialisme de Poutine qui veut soumettre des états souverains à ses volontés expansionnistes et dictatoriales.

    J’aime

    • Vous défendez la thèse inverse de celle que je présente ce qui est votre droit.
      Cependant, il faut comprendre que l’Ukraine n’est pas « un » mais constitué en gros d’une moitié ouest tournée vers l’occident et une moitié est russophone tournée vers le monde russe.
      Pour le Maidan, vous réécrivez l’histoire car Ianoukovytch (*) le président de 2014 régulièrement élu a été renversé par un coup d’état organisé avec la complicité de l’occident, CIA en premier.
      La raison en était liée au fait qu’il s’apprêtait à signer des accords de libre échange avec la Russie ce qui a décidé les américains et leurs supplétifs que nous sommes à agir.
      Relisez ou lisez la série d’articles publiés sur le site « Les Crises » :
      https://www.les-crises.fr/ukraine/
      La version occidentale est une propagande de bas étage qui ne vaut pas un clou.
      Quand à Poutine, j’attends que l’on prouve par des sources inattaquables tout ce que l’on prétend sur son compte.
      (*) Corrompu certes mais 100% des dirigeants ukrainiens le sont depuis l’indépendance quelque soit leur bord politique

      Aimé par 1 personne

      • L’Ukraine est indépendante depuis le 24 aout 1991 validé par un referendum qui a recueilli 90% d’approbation et à été reconnue comme telle au niveau international en décembre 1991. C’est depuis un pays souverain libre de son destin.
        Que la partie est soit russophone ne justifie en rien l’invasion de la Crimée et du Donbass, c’est une agression illégale en droit international.
        Vous êtes comme Mélenchon, « non aligné » sur les USA mais sur tout opposant aux USA (Poutine, XiJinPing,etc). Si la CIA a joué un rôle dans Maïdan ce qui est possible que penser du KGB et des mercenaires qui agissent toujours dans les 2 régions de l’est depuis bien avant 2014 pour conditionner la population et soutenir les séparatistes. Si ces 2 régions n’avaient pas été annexées par Poutine, les ukrainiens de ces régions auraient pu participer de la démocratie à l’européenne ce qui de mon point de vue et malgré ses défauts vaut bien mieux que la dictature poutinienne.
        Je n’ai jamais voyagé en Russie mais j’ai passé 3 mois par an pendant 10 ans en Chine et j’ai pu mesurer à quel point il est préférable de vivre dans le cadre des valeurs européennes plutôt que sous une dictature.
        Donc rien n’excuse la position de Poutine qui opprime son peuple et veut faire de même avec ses voisins et qui si il n’y arrive pas rase le pays et commet des crimes de guerre.
        Nous n’avons pas à nous flageller sur ce sujet.

        J’aime

  3. @Alain Michaud j’ai la nette impression que vous partez du principe que Poutine est un dictateur sanguinaire pour structurer votre description des faits. Vous dites que l’Ukraine est souveraine depuis 1991, vous oubliez ou ne voulez pas voir que cette Ukraine ( frontières dessinées à l’époque soviétique) est en fait divisée en deux; depuis la disparition du grand frère soviétique il n’y a jamais eu d’accord entre ces deux peuples.
    Prétendre que les peuples de l’Est, qu’ils soient ou non sous l’influence Russe, devaient suivre la partie Ouest dans son souhait de se raccorder à l’Europe est l’erreur la plus commune des Europhiles beats.
    Dire que seul Poutine est à l’origine des troubles dans cette région est le même travers des pro-Russes qui encensent le Vlad : vous avez votre parti pris, et votre vision découle de cela. La vérité est plus subtile que ça.
    Si vous voulez avoir la vision US de ce qui ce passe en Ukraine je vous invite à lire le grand échiquier de Zbigniew Brzezinski (1997): il décrit la réelle dimension de ce qui se déroule sous nos yeux, en Ukraine comme ailleurs.
    Après, vous pouvez choisir votre camp bien sûr, mais je ne crois pas à l’universalisme de la démocratie a l’occidentale.
    D’ici à envier un totalitarisme à la Chinoise, il y a un monde. Ce que je crains dans ce conflit, c’est que l’on jette la Russie et la Chine dans les bras l’un de l’autre.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s