Les 4 cas de haute trahison commis par l’ex président Sarkozy

Télécharger l’article en PDF :  PDF_logo

sarkozy_de_dos

 

Le lundi 7 mai 2012, le président Sarkozy perd l’élection présidentielle au profit de François Hollande.
Le jour même, il annonce son retrait définitif de la politique.
En novembre 2014, c’est sans surprise que ce dernier revient sur sa parole et reprend la tête de l’UMP après un vote, certes majoritaire, mais très loin de faire l’unanimité.

Le personnage, comme son successeur, avait été élu en 2007 sur des promesses mensongères, mais il a surtout été l’auteur de décisions allant gravement à l’encontre des intérêts de la France.

A l’heure où ce dernier est annoncé comme le très probable (*) futur candidat de l’UMP (les républicains ?) en 2017, il est un devoir de salubrité publique de rappeler les plus grandes trahisons du président Sarkozy envers le pays.

(*) Dans la mesure où il arrivera à se sortir des multiples affaires où il est impliqué.

TRAHISON #1. SOUMISSION MILITAIRE :
RETOUR DE LA FRANCE DANS LE COMMANDEMENT INTÉGRÉ DE L’OTAN

L’Otan est une instance militaire occidentale créée en 1949 dans un monde bipolaire pour garantir aux pays d’Europe de l’Ouest leur sécurité face à l’Union soviétique. Le pacte de Varsovie, réponse du bloc soviétique à l’Otan, fut créé en 1955 par Khrouchtchev.
A la suite de la dislocation endogène de l’URSS en 1989, le pacte de Varsovie fut officiellement dissous en 1991.
A ce stade, l’Otan aurait du subir le même sort, n’ayant plus aucune raison d’être, mais ce ne fut pas le cas. En effet, les américains avaient d’autres projets.

En 1990, James Baker, le secrétaire d’état (*) de Ronald Reagan, prend l’engagement verbal vis à vis de Gorbatchev de ne jamais étendre l’Otan vers l’est. Dans la grande et perfide tradition anglo-saxonne, cet engagement n’a pas été respecté comme l’ont montré les adhésions ultérieures de 12 pays de l’est.
C’est là un point fondamental qui a brisé la confiance naissante de la Russie post soviétique envers l’occident.

(*) Équivalent de notre ministre des affaires étrangères.

1966 : la France quitte le commandement de l’Otan
En 1966, le général De Gaulle avait quitté le commandement intégré de l’Otan afin de garder le contrôle de l’armée française.
Il s’agissait en particulier d’éviter le risque pour l’arme nucléaire nationale de se retrouver sous commandement américain, pays le plus puissant de l’organisation. Il semblait en effet très risqué d’être dépendant de la politique militaire irresponsable des américains. De plus, en tant que puissance moyenne, la France cesse d’exister diplomatiquement si elle s’aligne sur celle qui domine [1].

Charles De Gaulle, le dernier grand chef d’état français, avait pratiqué les anglo-saxons durant la seconde guerre mondiale [2].
A la fin de la guerre, le président américain, Franklin Delano Roosevelt, voulait vassaliser la France vaincue par les allemands sur son sol. Avec son allié de toujours Churchill, il était prêt à imposer des marionnettes dociles à la tête de la France telles que Laval ou Giraud, anciens collaborateurs du régime de Vichy [2].
Même avec une France à l’époque très affaiblie, le général De Gaulle avait réussi à faire échouer ce plan. Furent ainsi conservées la souveraineté et l’indépendance nationale du pays.

Durant 40 ans, la France est restée militairement, et donc politiquement indépendante dans un monde bipolaire.

2009 : Sarkozy détruit l’un des derniers fondements de l’indépendance nationale
La décision prise en mars 2009 par Sarkozy de réintégrer le commandement intégré de l’Otan signifie en clair que le pays devient un vassal des américains et s’aligne sur la politique étrangère des États Unis, même si cette dernière est contraire aux intérêts de la France [3].
Le moment est particulièrement mal choisi, car après une courte décennie d’hégémonie américaine totale, le monde entre dans un nouveau contexte multipolaire (BAO, BRICS).
Il était donc particulièrement important que la France et l’Europe puissent défendre leurs propres intérêts au lieu de s’aligner sur une puissance déclinante et belliqueuse située sur un continent éloigné.

L’Otan et l’UE collaborent avec des néo-nazis
La crise actuelle en Ukraine est révélatrice de ce contexte, elle fut créée de toute pièce par le bloc BAO, où les américains à travers la CIA et l’Otan n’hésitèrent pas à s’allier avec des néo-nazis [4]. L’UE n’est pas en reste avec le financement du gouvernement putschiste de Kiev associé à ses milices du Pravi Sektor, inspirées par le célèbre néo nazi ukrainien Stepan Bandera et responsables entre autres du massacre d’Odessa dans l’est du pays.

Même si cette crise est gérée avec une certaine confusion, l’objectif réel est de tenter de déstabiliser la Russie, en plein redressement grâce à la politique du président Poutine. Ce pays n’a pas montré la moindre velléité d’expansion territoriale depuis une trentaine d’années, il a au contraire tout tenté pour se rapprocher de l’Europe occidentale avec pour seule réponse une fin de non recevoir.

L’histoire réécrite !
On tente également de réécrire l’histoire en « oubliant » que c’est la Russie qui a vaincu la Wehrmacht à partir de la victoire décisive de Joukov à Stalingrad en 1941. Volant de victoires en victoires durement acquises sur le front de l’est, elle mobilisa plus de 50% des capacités militaires allemandes jusqu’à 1945. Sans ces succès dus aux sacrifices de tout le peuple Russe, le débarquement anglo-américain de juin 44 en Normandie n’aurait jamais été possible [5].

-> Nous sommes aujourd’hui très proches du contexte de Vichy qui collaborait avec les Nazis allemands, cette fois, sous l’influence de l’empire américain, nous collaborons avec la peste brune d’Ukraine.

Un peu de géopolitique
En termes de géopolitique, il suffit de regarder une carte pour comprendre quels sont les véritables intérêts de l’Europe et en particulier de la France :
« Une Europe de l’Atlantique à l’Oural »Charles De Gaulle, 1963.

Cette vision est inacceptable pour les États Unis qui auraient alors en face d’eux un bloc rival potentiellement plus puissant avec l’alliance de l’Allemagne et de la Russie.

La Russie n’a plus aujourd’hui d’autre choix que de se tourner vers la Chine devenue en moins de 20 ans la seconde puissance mondiale, cette dernière ne rêve que de prendre sa revanche après des siècles d’humiliation occidentale.

La politique visionnaire du Général De Gaulle est donc en phase finale de destruction.
La faute en revient en grande partie à des dirigeants français qui au moins depuis 2 mandats présidentiels sont plus proches d’un « esprit de Munich » avec une politique de reddition sans conditions aux américains (*).
La pauvreté intellectuelle, culturelle et la lâcheté des élites post soixante-huitardes au pouvoir depuis 2007 est d’ailleurs un sujet d’étude majeur pour les intellectuels [1].

En réintégrant le commandement intégré de l’Otan, la France devient un simple rouage d’un ensemble militaire sous commandement américain.

Symbole fort de cette mise sous tutelle de la défense nationale, le porte-avion « Charles de Gaulle », navire amiral de la flotte française, est passé sous commandement américain (**) au large de l’Afrique, triste symbole par rapport à celui qui donna son nom à ce bâtiment !

(*) le traité TAFTA en cours de négociations « discrètes » va planter l’estocade en nous transformant définitivement en vassaux économiques des américains.
(**) Curieusement, les médias mainstream sont restés très discrets sur cette information.

Trahison de la constitution ?
La compatibilité du choix de la rentrée dans le commandement de l’Otan avec l’article 5 de la constitution [6] est pour le moins discutable :
-> « Le président de la République…est le garant de l’indépendance nationale… »

TRAHISON #2. SOUMISSION A LA FINANCE :
GESTION BUDGÉTAIRE IRRESPONSABLE AYANT CONDUIT AU SURENDETTEMENT DU PAYS

Avec un endettement égal à environ 65% du PIB, la France de 2007 était certes très endettée, mais la situation était encore soutenable à condition de prendre des mesures pour équilibrer rapidement les budgets.

En 5 ans « on » a fait autant de dette que durant les 22 années précédentes.
Suite à la politique budgétaire catastrophique de Sarkozy, baisses d’impôts sur les entreprises et autres cadeaux fiscaux aux très riches, le pays est sorti exsangue de sa gestion irresponsable. 5 ans après, la France est passée au statut « surendettée » avec une dette publique qui a explosé de plus de 50% durant cette courte période.
Cette dernière ayant atteint le montant faramineux de 90% du PIB.

En valeur, la dette est passée de 1200 Milliards en 2007 à 1800 Milliards en 2012, soit une augmentation de 600 Milliards. L’excuse de la crise de 2007/2008 n’explique pas tout.

Aujourd’hui, la sinistre troïka (BCE, FMI, UE) fait de fortes pressions sur la France afin qu’elle réforme le pays dans une direction ultra-libérale.
Le carcan de l’Euro nous interdit toute politique monétaire indépendante dans un marché mondialisé. Dans l’esprit des élites, il ne reste plus que la dévaluation salariale « à l’allemande » pour tenter de retrouver une hypothétique croissance salvatrice.

Bruxelles nous traite pour l’instant à peine mieux que la Grèce dévastée par 5 ans de politique ultralibérale.
Cette politique associée à la doctrine panglossienne du libre échange [1], a induit une chute de 25% du PIB grec ainsi qu’une explosion du chômage et de la paupérisation, le pays vit actuellement une véritable crise humanitaire.
Ce brillant résultat obtenu par la troïka est comparable à celui d’un contexte de guerre.

Lorsque le pays qui a inventé la démocratie est entré en résistance
Le gouvernement grec d’Alexis Tsipras est accusé de tous les maux par les chiens de garde médiatiques et politiques de la doxa ultralibérale. On oublie simplement de noter que ce dernier en résistant héroïquement et sans aucun soutien des partis de « gauche » européens à la troïka (avec l’Allemagne de Merkel/Schäuble en arrière plan) ne fait qu’appliquer ses engagements électoraux.
Un gouvernement élu qui applique son programme semble aujourd’hui iconoclaste, c’est pourquoi on tente de l’ostraciser.
Pour la troïka, il est un exemple très dangereux qui ne doit en aucun cas faire tache d’huile.

La plus grande peur des européistes est que la Grèce arrive à se sortir avec succès du piège mortel de l’UE et du monstre destructeur qu’est la monnaie unique en tournant le dos à la politique mortifère Bruxelloise.

Les racines de la faillite française
Pour ce qui nous concerne, le niveau insoutenable de la dette met le pays en position de soumission aux marchés financiers associé à une grande probabilité de futur défaut sur cette dernière.

Lorsque tous les moyens pour retarder cette échéance auront été utilisés, la population comprendra sa douleur et pourra remercier l’irresponsable qui, durant 5 ans, a mis un coup d’accélérateur à notre ruine.

Trahison de la constitution ?
L’article 34 de la constitution [6] est clair sur le sujet de l’équilibre des budgets :
-> « [Les orientations pluriannuelles des finances publiques] s’inscrivent dans l’objectif d’équilibre des comptes des administrations publiques ».

TRAHISON #3. GUERRE ILLÉGITIME :
DESTRUCTION DE L’ÉTAT LIBYEN ET CRÉATION D’UN NOUVEAU FOYER ISLAMISTE

Après avoir accueilli son nouvel « ami » le colonel Kadhafi en grandes pompes en 2007, Sarkozy retourne sa veste en 2011 et décrète soudainement ce dernier « l’homme à abattre ».

Pourquoi ce soudain revirement ?

Les vraies raisons de la guerre en Libye
Les analystes se sont interrogés sans fin sur les raisons qui ont poussé Sarkozy à s’en prendre à Kadhafi. Pour comprendre, il suffit de revenir en février 2011 où le président français est au plus bas dans les sondages avec 24% d’opinions favorables.
L’expérience montre qu’une guerre menée par le chef de l’état peut ressouder la population autour de ce dernier.

A peu près au même moment éclate opportunément un début de guerre civile en Libye qui ressemble à s’y méprendre à un nouveau printemps arabe, du moins c’est ce que supposèrent les grands stratèges de l’Élysée.
L’homme au comportement émotionnel d’un adolescent de 17 ans, décide alors de se transformer en chef de guerre en choisissant une cible suffisamment faible pour assurer une victoire militaire facile.

Il fallait donc commencer par jeter l’opprobre sur le dirigeant Libyen.

C’est ici qu’intervient l’abominable BHL transformé pour l’occasion en ministre des affaires étrangères de la France, Juppé n’étant manifestement à l’époque que « sous ministre ».
Cet individu au pouvoir de nuisance sans limites part donc en Libye pour rencontrer les « résistants » au régime de Kadhafi.

Que ce dernier ait agit sur ordre de Sarkozy ou pas importe peu, il s’acoquina avec une brochette de généraux rebelles autoproclamés dont certains ont aujourd’hui rejoint les islamistes !
Ce dernier pu alors donner libre cours à son égotisme démesuré et démontrer une fois de plus que le mode de fonctionnement standard de son cerveau est basé sur le paralogisme.

La protection des populations en danger à Bengazi est bien entendu le storytelling donné en pâture aux médias pour se justifier vis à vis de l’opinion publique.

Juppé, s’étant fait doubler par BHL, avait obtenu la résolution 1973 de l’ONU pour stopper l’avancée des troupes Kadhafistes vers Benghazi.
Cette résolution a été largement outrepassée par Sarkozy allié à Cameron, l’autre va t’en guerre européen. Les américains plus que tièdes à s’associer à l’aventure, se sont contentés de tirer quelques missiles de croisière (à l’uranium appauvri) à partir de l’US Navy, histoire de faire travailler leurs fabricants de munitions.

Le résultat fut la destruction du régime libyen avec au passage l’assassinat de Kadhafi ce qui eut pour résultat final de laisser le champ libre aux islamistes qui prirent le pouvoir en Libye quelques mois plus tard.
Il s’agissait donc bien à l’origine d’un soulèvement islamiste qui n’avait rien à voir avec le peuple libyen.

Financement de campagne sarkoziste
Peu de temps avant d’être abattu, le chef de l’état Libyen avait déclaré dans une interview avec la journaliste Delphine Minoui avoir financé la campagne électorale de Sarkozy en 2007 à hauteur de 20 Millions de $, ce dernier ne comprenant pas plus que le reste du monde le pourquoi du revirement sarkoziste en déclarant : « il (Sarkozy) est atteint de désordre mental ».
Antérieurement, Kadhafi avait lancé une politique de normalisation avec l’occident, ses relations avec Sarkozy étaient au beau fixe comme le prouve son voyage officiel à Paris en 2007.
Si ce financement illégal est prouvé, nous savons qui il faut remercier pour ces 5 années de gabegie.

Résultat : les islamistes au pouvoir en Libye, la charia établie
Le résultat de la destruction du régime de Kadhafi est aujourd’hui visible, les islamistes sont au pouvoir dans une grande partie de la Libye. Ces derniers se propagent alors comme un cancer avec leurs homologues d’Iraq, issus quant à eux de la « libération » de ce pays par le grand président W. Bush.
Jean Pierre Chevènement, l’un de nos derniers véritables hommes d’état, a opportunément déclaré que « nous avons fait en Libye ce que nous reprochons aux américains d’avoir fait en Irak ».

Faut il rappeler que l’armée française est l’outil de la défense des intérêts de la nation et rien d’autre ?
Elle n’est en aucun cas un jouet que l’on peut utiliser avec une grande légèreté pour améliorer des sondages désastreux ou soutenir des intérêts qui ne sont pas les nôtres.

Trahison de la constitution ?
L’article 5 de la constitution [6] peut à nouveau être cité ici :
-> « Il [Le président de la République]…est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités ».
La Libye de Kadhafi ne concernait à l’évidence aucun de ces 3 points…

TRAHISON #4. TOTALITARISME RÉPUBLICAIN :
MORT DE LA DÉMOCRATIE FRANÇAISE PAR LA RATIFICATION DU TRAITE DE LISBONNE

La dernière et de loin la plus grave trahison aurait du se traduire immédiatement par une procédure de destitution présidentielle, il s’agit bien entendu de la ratification du traité de Lisbonne.

En mai 2005, le peuple français consulté par référendum avait rejeté le texte par un vote franc à hauteur de 55% des voix en faveur du non.
Malgré ce résultat sans ambiguïté, la révision de la Constitution, préalable nécessaire à la ratification du traité européen de Lisbonne, a été adoptée le 04 février 2008 par les sénateurs et les députés réunis en Congrès à Versailles. Le 08 février, soit 4 jours plus tard, le traité est ratifié par le parlement français ignorant superbement le vote de 2005.
-> Ce jour marque la date de la mort de la démocratie en France.

En résumé, ce traité renommé « mini traité » par un effet rhétorique simpliste n’est qu’un copié-collé de celui qui a été rejeté par les français. Les soit disant modifications apportées à ce dernier sont pure cosmétique.

Et enfin, information peu connue mise en relief par Jean Pierre Chevènement, souvent très pertinent : « ce véritable déni de démocratie n’a été rendu possible que par l’accord de l’UMP et du PS, et d’abord de leurs chefs ».
Une preuve accablante de plus du consensus implicite entre ces deux partis.

Trahison de la constitution
L’article 3 de la Constitution du 4 octobre 1958 [6] est à cet égard significatif : « La Souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum ».
De plus, l’article 5 précise que « Le Président de la République veille au respect de la Constitution ».

Nicolas Sarkozy ayant effectué une violation caractérisée d’au moins 2 articles de la constitution aurait du immédiatement subir une procédure de destitution prévue par l’article 68 de cette dernière [6].

Pour mémoire, à l’issue du référendum de 1969, le général De Gaulle a non seulement respecté le vote des français mais a également quitté le pouvoir ! Comparer Sarkozy à De Gaulle est certes insultant pour ce dernier, mais on ne peut ignorer le seul point commun entre les deux personnages, à savoir l’accès à la présidence de la république.

La France ne fait pas partie de l’Union Européenne
En substance, à partir du moment où le peuple a rejeté le projet de constitution par référendum, le vote du congrès de Versailles est sans valeur juridique.
Il apparait en conséquence, qu’en réalité, la France ne fait pas partie de l’Union Européenne puisque la ratification de ce traité fut parfaitement illégale !

CONCLUSION

Le successeur de l’individu qui a occupé l’Élysée de 2007 à 2012, se prétendant socialiste, n’a annulé aucune des décisions désastreuses prises par son prédécesseur.
A quelques bémols près, il fait à la même politique (*).

L’appartenance des principaux dirigeants français (en poste ou potentiels) de tous bords à la « French-American Foundation » [7] n’est sans doute pas étrangère à l’alignement de ces derniers sur la politique américaine, cet alignement est d’ailleurs également constaté du point de vue économique.

Les électeurs ont la mémoire courte ou ne comprennent pas toujours les enjeux de graves décisions qui induisent des impacts forts sur leur vie quotidienne (chômage, paupérisation, concentration des richesses, guerre,… ).

En prévision de l’échéance de 2017 qui approche, il est donc fondamental de faire œuvre de mémoire. Toutes proportions gardées, à l’instar de la Shoah ou des 4 millions de civils vietnamiens exterminés par l’armée US, il est fondamental de rappeler sans cesse les folles décisions prises entre 2007 et 2012.

Les limites de notre système électoral qui permet à un tel individu d’accéder à la fonction suprême doivent en particulier être pointées du doigt.
Il reste donc moins de 2 ans pour que les électeurs comprennent enfin à qui ils ont à faire avec le « machin » (dixit Emmanuel Todd [8]) qui a occupé l’Élysée pendant 5 ans.

(*) « Mon ennemi c’est la finance », 2 ans après, le banquier Macron est nommé aux finances…

Liens
[1] « Après la démocratie » – Emmanuel Todd, 2008
[2] « Pourquoi Charles de Gaulle refusa-t-il toujours de commémorer le débarquement du 6 juin ? » – C’était de Gaulle, Tome 2
[3] « Le retour de la France dans l’OTAN, une analyse » – Alain de Benoist
[4] Synthèse sur l’Ukraine, une contre-propagande médiatique – (sur ce site)
[5] Le rôle de l’URSS dans la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945) – par Annie Lacroix-Riz
[6] Texte intégral de la Constitution du 4 octobre 1958 en vigueur.
[7] French-American FoundationListe des « Young Leaders »
[8] Emmanuel Todd « le machin Sarkozy » – Vidéo ici.

Article publié sur Agoravox ici (Top 10 : Peak #1)

6 réflexions sur “Les 4 cas de haute trahison commis par l’ex président Sarkozy

  1. Bonjour,

    Pour faire court, je veux faire DESTITUER ce gouvernement actuel sous les chefs d’accusation de HAUTE TRAHISON, mise en danger du peuple français, et collaboration avec des pays soutenant OUVERTEMENT une politique contre le droit du peuple français, et plus généralement contre la démocratie…

    Ce mail est très sérieux, je suis en train de chercher tout articles et lois, comme par exemple l’article 5 de la constitution de la république…

    Le testament de Me SCIPILLITI – voir le site de http://www.ripostelaique, le pdf en téléchargement en dit très long sur la « justice » française…

    Et bien d’autres sujets telle la santé, l’éducation nationale, la défense nationale font que la trahison, avec des articles tel le présent, DOIVENT nous permettre de DEMETTRE ce gouvernement de TRAÏTRES avant qu’il ne soit trop tard, l’épisode de l’invasion migratoire ayant été initié il y a plusieurs décennies, mais vous pouvez lire ce très intéressant article – en anglais – sur les déclarations du sarkozy…

    http://www.express.co.uk/news/uk/65628/Secret-plot-to-let-50million-African-workers-into-EU

    Veuillez noter la date de parution de cet article soit le 11 octobre 2011 – sus l’ère sarkozy, mais les socialistes sont leurs « potes », comme vous commencez à le démontrer dans le présent article…

    Je ne vous dirai pas ce que je pense, vous en avez sans doute une bonne idée…

    Je remercie toute personne qui est avocat, de me rejoindre, ainsi que vous, auteur, pour ce résumé concernant les actes de guerre dont s’est rendu coupable le traître sarkozy (pas de majuscules pour les traîtres, mais un traitement bien plus approprié – ce n’est que mon opinion de citoyen français personnel…

    J'aime

    • J’évoque la destitution de Sarkozy dans l’article, et je pense que la ratification du traité de Lisbonne aurait largement pu justifier une telle mesure. En effet, on s’assoit sur un référendum
      en faisant l’inverse du choix exprimé dans les urnes. C’est à mon sens un cas de haute trahison. Cependant c’est une bonne partie de la classe politique qu’il aurait fallu éliminer dans la foulée, car le PS a largement contribué à valider ce choix par son vote à l’assemblée :
      http://www.euractiv.fr/institutions/la-france-et-luearticlele-parlement-franais-ratifie-le-traite-de-lisbonne-00667-8605.html
      Donc, on lance une procédure de destitution, on démet tous les députés qui ont voté pour puis -si tant est que l’on arrive à réaliser tout cela- on fait quoi ensuite ?
      Avais t’on une solution toute prête pour prendre la place de tout ce petit monde?

      J'aime

    • Parfaitement d’accord, on a assassiné le président en exercice d’un état souverain après sa capture vivant, c’est donc en plus un crime de guerre.
      L’article est intéressant, je pensais aussi au financement de la campagne de Sarkozy pour expliquer son exécution, les morts ne parlent pas (même dans The walking dead !).

      J'aime

  2. Zevenger, c’est pas parce que l’on a pas immédiatement sous la main des gens pour remplacer que l’on doit garder a leur poste des traitres et des voyous.
    La nature a horreur du vide .
    Mais de toutes façons, ce serait une bonne occasion pour faire rédiger PAR LE PEUPLE une nouvelle constitution pour le protéger de tous ces voyous …

    J'aime

    • Je suis d’accord avec vous c’est un sujet de réflexion à part entière, il est anormal que des députés hors la loi (ex: Thomas Thévenou) restent en poste aux frais du contribuable, idem pour le président. Le cas explicite de haute trahison a d’ailleurs été supprimé de la constitution en 2007.
      Au sujet de la constitution, la question est fondamentale et vous avez raison d’en parler. Asselineau a très bien expliqué dans une de ses conférences que le 1ier objectif de la constitution est de permettre au peuple de contrôler l’exécutif afin d’éviter toute dérive dictatoriale.
      Lorsque l’on voit depuis 2007 les multiples occurrences de modification de cette dernière par l’exécutif au gré de de ses lubies et autres mesures scélérates, on reste pour le moins dubitatif sur l’état de notre pauvre constitution.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s