DNDR#05 – Dernières nouvelles du Rock’N’Roll (Eclipse, Megawatt, Tierra Santa, Rata Blanca)

Eclipse

Eclipse est le groupe principal du suédois Erik Martensson, un musicien d’exception qui fait partie de pas moins de quatre groupes sans compter ses multiples participations et productions d’albums. Compositeur, chanteur guitariste dans son groupe, il est également guitariste-compositeur de W.E.T. et Ammunition. Enfin, il a monté le groupe Nordic Union en compagnie de Ronnie Atkins, chanteur de Pretty Maids qui vient de sortir un album solo.
En 2019, Erik Martensson a frappé un grand coup avec le titre « Viva la victoria » un hit Hard Rock majeur, en témoigne le million de vues dépassé sur Youtube en moins d’un an. Ce titre est inclus dans le dernier album d’Eclipse « Paradigm » sorti en 2019, il a contribué à augmenter la popularité du groupe notamment en Allemagne où l’album s’est classé #58 à sa sortie.

Eclipse « Paradigm » (2019)

Progressant pas à pas dans les charts européens, Eclipse construit sa notoriété progressivement et au vu du talent de son leader il ne serait pas étonnant qu’un jour prochain le groupe se retrouve dans les premiers mondiaux de sa catégorie.

Megawatt

Il ne fait aujourd’hui plus aucun doute sur le fait que la Suisse est devenu un pays leader dans le domaine du Hard Rock mélodique inspiré des années 80.
La particularité qui peut sembler incroyable aux frenchies que nous sommes est que nos amis Suisses non contents de produire d’excellents groupes, se paient le luxe d’avoir un public qui les supportent en masse. En effet, les fortes ventes de disques sont fréquemment au rendez-vous comme en témoigne la présence du nouveau combo métal Megawatt dans le top album suisse depuis plus de 50 semaines !

Megawatt « Megawatt » (2020)


Oui vous avez bien lu, ce premier opus est charté depuis presque un an et ce n’est pas fini.
Un tel événement n’est pas arrivé en France depuis plus de 40 ans avec le succès de Trust. Par chez nous, en attendant des jours meilleurs qui n’arrivent pas, nous vivons depuis plus d’un demi-siècle dans un cloaque musical en n’ayant droit qu’à un brouet indigeste craché par les médias à coup de variétoche de bas étage et de du rap frelaté. Il s’agit probablement de la fameuse « exception culturelle » française…

Coté musique (la vraie !), Megawatt présente la particularité de chanter en suisse-allemand, ce qui n’enlève rien à la qualité afférente qui s’éloigne du chant calibré en anglais. Nous sommes donc en présence d’un Hard Rock mid-tempo de haut niveau avec d’excellentes compositions simples et efficaces sur un album varié qui ne lasse pas même après des mois d’écoute.
Comme tous les autres, le groupe est hélas privé de concerts à cause de la crise du Covid et gageons que lors de la reprise ce dernier poursuivra son ascension en rattrapant le temps perdu sur les scènes helvétiques. Coté Français, il semblerait que les groupes Suisses aient du mal à percer ici comme en témoigne le succès assez limité dans nos contrées des fabuleux Gotthard ou autres Krokus qui mériteraient beaucoup mieux, problème en grande partie lié à l’ostracisme médiatique hexagonal traditionnel pour la musique Rock.
Le choix de la langue allemande par Megawatt pourrait sembler un frein à leur exportation hors des contrées germanophones, mais rien n’est jamais écrit à l’avance et l’espoir subsiste de les voir nous rendre visite un jour prochain.

Tierra Santa

Passons maintenant à une révélation fracassante !
Nous venons de constater une nouvelle fois que la Suisse produit presque à la pelle du Hard Rock de qualité et que contrairement à ce qui se passe en France le public suit. Il serait alors tentant de se rassurer un peu en supposant que la situation est pire qu’ici dans certains pays voisins comme par exemple en Espagne.

Caramba encore raté, il n’en est rien car c’est là aussi l’inverse qui est vrai.

A l’instar des Suisses, nos voisins du sud présentent une production Metal fournie et d’une qualité surprenante avec des groupes d’un niveau assez incroyable qui là-bas aussi squattent les charts. Si l’on remarque que le métal italien se porte aussi très bien grâce en particulier à la création en 1996 de Frontiers Records, l’un des plus importants labels indépendant mondiaux et que l’on rappelle l’existence de l’énorme marché allemand avec sa pléthore de groupes, alors on constate avec plus de relief encore l’isolement musical de la France en Europe de l’ouest, une véritable « Tierra Desértica » Rock’N’Rollesque.

Pour le cas de la péninsule ibérique, après que les fameux Baron Rojo aient ouvert la voie dans les années 80 sans hélas confirmer sur la distance, une relève de très haut de gamme est apparue en Espagne.
Citons pour commencer Mago De Oz, Warcry, Saratoga et surtout Tierra Santa.
Particularité, la plupart de ces groupes chantent en Espagnol et ils ont bigrement raison. En effet, non seulement cette langue se prête particulièrement bien au métal mais en plus ce choix leur confère une forte identité sui generis.
En effet, que des anglo-saxons chantent en anglais rien de plus naturel, mais le même style de musique dans une langue locale permet de situer instinctivement un groupe au regard de sa nationalité et de sa culture.
Cela est d’autant plus vrai qu’en dehors des pays anglo-saxons, il est fort probable que très peu de fans de métal comprennent couramment l’anglais, donc le chant dans une autre langue ne devrait pas être un handicap, bien au contraire.

La discographie de Tierra Santa comprend une dizaine d’albums dont le dernier en date, par ailleurs excellent, est sorti en 2017 sous le titre « Quinto Elemento« .
Pour découvrir le groupe, jetez vous en particulier sur leur cinquième disque paru en 2003 intitulé « Indomable » chroniqué sur l’excellent site HardRock80 ici.

Tierra Santa « Indomable » (2005)

Le fait que Tierra Santa ait fait le choix de s’exprimer dans sa langue natale ne les a pas empêchés d’être présentés un peu vite comme les « Iron Maiden espagnols ». Même si leur premier opus pouvait éventuellement faire ressortir cette influence, le groupe a rapidement trouvé au fil des albums un style personnel. Il s’agit d’un Hard-Rock mélodique vitaminé au son immédiatement reconnaissable, signe d’un grand.

Vous découvrirez un chanteur-guitariste à la voix fabuleuse en la personne de Ángel San Juan accompagné par un excellent guitariste Arturo Morras remplacé en 2016 par le non moins excellent Dan Diez. Coté rythmique ça cogne dur avec Roberto le fidèle bassiste présent depuis le début et le batteur David Carrica depuis 2006. La musique du groupe est portée par un clavier discret mais efficace qui met en relief le coté mélodique.

Vous en savez maintenant assez pour découvrir un groupe dont vous ne pourrez plus vous passer après avoir écouté plusieurs albums tous plus excellents les uns que les autres, allez y les yeux fermés mais pas les oreilles !

Rata Blanca

Le meilleur est pour la fin !

Cher lecteur il est vivement déconseillé de lire cette chronique, en effet le groupe dont il est question est tellement exceptionnel que vous risquez de devenir addict au « Rat Blanc » si vous osez à écouter leur musique. Je dois avouer ne pas avoir ressenti une telle émotion depuis des années à l’écoute d’un groupe récemment découvert et croyez moi, j’en écoute beaucoup !

Mais qui sont ces illustres inconnus de par chez nous ?

Ce groupe est une institution en Argentine, son pays natal où il a sorti un premier album éponyme en 1988. Il a ensuite connu en 1990 un succès phénoménal dans les pays hispaniques (et même aux États-Unis) dès le second opus intitulé « Magos, Espadas Y Rosas » avec plus d’un million de ventes au compteur, le méga hit « Mujer Amante » n’y fut sans doute pas pour rien !

Rata Blanca « Magos, Espadas y Rosas » (1990)

Rata Blanca est en fait centré sur le guitariste et -n’ayons pas peur des mots- compositeur de génie Walter Giardino qui écrit la musique et les paroles. Même si le groupe a connu un certain nombre de changements de line-up durant sa carrière, l’identité de ce dernier est pérennisée par ce virtuose de la six cordes.
A l’écoute de ses compositions, on remarque immédiatement une filiation avec le grand Ritchie Blackmore période Rainbow, gageons que le jeune Walter a appris la guitare sur les riffs de son illustre ainé d’autant qu’il joue comme lui sur Fender Stratocaster !

Walter Giardino, le « boss » de Rata Blanca

A l’instar de Tierra Santa, les lyrics sont en espagnol ce qui a contribué au succès du groupe non seulement en argentine mais également dans les pays hispaniques. Danilo Moschen aux claviers apporte une touche très « John Lord » au son de Rata Blanca en accentuant encore le coté particulièrement mélodique.

Après une séparation en 1997, le groupe se reforme en 2000 sous la pression des radios argentines qui continuent à diffuser sans relâche le titre « Mujer Amante », bien lui en a pris car le succès fut à nouveau au rendez-vous avec une nouvelle flopée de disques d’or.
Coté albums, on pourrait tous les conseiller tant la qualité est constante sur la durée. Mise à part celui de 1990 qui fut la révélation, citons l’album de 2011 intitulé « El Reino Olvidado » qui me semble encore meilleur.

Rata Blanca  » El Reino Olvidado » (2008)

En synthèse, Walter Giordano ne compose pas de la musique, c’est bien plus que cela, ce dernier fabrique de l’émotion pure parfaitement relayée par les musiciens du groupe dont la cohérence est irréprochable.
Écoutez sans modération cette musique exceptionnelle et vous vous rapprocherez un peu plus du Valhalla du Rock’N’Roll !


C’est tout pour aujourd’hui,
amies rockeuses, amis rockeurs, portez-vous bien et la suite au prochain numéro !

Publié sur Agoravox TV ici.

Numéro précédent : DNDR#4
Liste des posts « Metal » ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s