NDE/EMI – Partie 2 : Une percée scientifique majeure

Ruckers painting 05

L’article précédent [8] proposait une synthèse des données issues des expériences de NDE/EMI.
Après 40 ans de recherches, l’hypothèse d’une conscience externalisée qui mémorise des informations s’est avérée la plus robuste pour expliquer les données collectées.

Ce point étant acquis, il justifie la poursuite des recherches à partir de la moisson d’informations contenue dans les témoignages.
On va s’intéresser ici à l’aspect « espace temps » de ces expériences en proposant une interprétation dimensionnelle de l’univers perçu lors des NDE, cette approche est basée sur les travaux de Jean Pierre Jourdan [1][2] et Rudy Rucker [3].
Comme on va le voir, ces premières découvertes sont en train de dévoiler un pan entièrement nouveau de la réalité.

Une NDE typique présente un scénario récurrent qui peut être totalement ou partiellement mémorisé.
Ce dernier est constitué de 2 phases distinctes :
1) Phase EHC = Expérience Hors du Corps, au voisinage de ce dernier
2) Phase dite transcendante (*) car située dans un espace non déterminé

(*) Le terme transcendant est impropre car il signifie que l’explication correspondante n’est pas accessible à la science. Cette affirmation n’est pas démontrée et il n’y a aucune raison de penser qu’un premier modèle explicatif ne sera pas proposé prochainement.

A. LA SOURCE : LES TÉMOIGNAGES

Nous avons vu précédemment que les témoignages renferment un certain nombre d’invariants. Leur contenu présente une mine d’informations dont l’interprétation réclame une analyse rationnelle.

Extraits de témoignages typiques [1]
(a) « …ce qu’il y a de drôle, c’est qu’on a une vision très élargie des choses. C’était comme si je me trouvais en plusieurs lieux en même temps…donc dans le même temps je me trouvais aussi chez ma grand mère à 800 mètres de là qui disait : Ah, il a du se passer quelque chose, les pompiers sont là… »
A.L. (p. 419)
(b) « …J’étais au plafond et j’avais une vision à 360° de manière sphérique…j’avais aussi des points d’observations différents…Quand je voyais les meubles de la pièce où je me trouvais, j’étais à la fois en haut, de coté, de profil, de face. C’était très net »
X.S. (p.418)
(c) « …j’étais surpris de voir à 360°, je voyais devant, derrière, dessus, dessous, de près et aussi par transparence. J’ai vu le tube de rouge à lèvre dans la poche de l’infirmière…j’ai vu une plaque sous le rebord de la table d’opération sous le drap marquée « Manufacture de St Étienne »… »
J.M. (p. 420)
(d) « Quand je suis sortie de mon corps, je voyais à travers tous les objets »
C.C.(p. 465)
(e) « … Il n’y avait pas d’obstruction à rien…c’était comme d’être un œil géant dans lequel tout ce qui « est » est contenu à l’extérieur… »
M.Q. (p. 482)
(f) « …je pouvais tout voir en même temps, l’envers et l’endroit et par transparence…. »
J-M.M. (p. 482)
(g) « …Quand je dis ‘en l’air’, c’était pas une vue à 2 ou 3 mètres. J’étais beaucoup plus haut. C’était une vue globale, panoramique mais de très haut, comme si j’avais pu voir à travers le béton et en même temps ce n’est pas la même chose…j’avais une autre capacité de vision comme si j’étais à la fois très loin et très proche car je pouvais voir des détails très précis. J’ai vu ce corps et au début je n’ai pas réalisé que c’était le mien. »
P.B. (p. 492)
(h) « Déplacement très lent, en biais jusqu’au plafond…Mais le plafond m’a semblé extrêmement haut, il me semblait qu’au fur et à mesure que je montais vers cet endroit que le plafond s’élevait en même temps que moi »
C.F. (p. 494)
(i) « …j’ai quand même vu tout l’accident, je suis sorti de la voiture et je me voyais de dessus, donc le toit de la voiture était transparent »
P.F. (p. 465)
(j) « Je voyais à travers les objets oui…je passais à travers les murs »
A.C. (p. 465)

Premières remarques
Des invariants apparaissent à travers ces témoignages :
. la vision est sphérique (b)(c)(e)(f)
(le terme « à 360° » est utilisé faute de mieux, en langage mathématique on parlerait d’une vision suivant un angle solide d’une valeur de 4Pi Stéradians.)
. La vision est en même temps non localisée, c’est à dire que le point de vue semble être « partout à la fois » (a)(b)(c)(e)
. possibilité de se déplacer ou de zoomer instantanément vers un point particulier (g)
. déplacement comme si le témoin s’éloignait de tous les points de la scène en même temps (h)
. la vision permet de voir l’intérieur des objets solides par transparence (f)(g)(i)(j)
. impression de passer au travers des objets solides (j)
. la vision est décrite à plusieurs échelles : dans une pièce, dans une zone de plusieurs pièces et jusqu’à une distance de 800 mètres (a)(g)

Avant d’aborder le modèle proposé par JP Jourdan et afin de faciliter la compréhension de la suite nous allons faire une petite récréation.

Vous allez donc faire la connaissance de Dédé !

B. DÉDÉ ET L’ESPACE EUCLIDIEN

Dédé-bonjour-xy2

Dédé est un être plat vivant à Flatland dans un espace Euclidien [8] à 2 dimensions (2D), d’où son nom.

Dédé va au concert de Hard Rock
Ce soir, après une dure journée de travail, Dédé décide d’aller voir un concert de Hard Rock, en effet le groupe « Deep Durple » se produit en ville.
Arrivé à l’entrée du concert, Dédé constate que l’affluence est importante.

Il faut savoir au sujet de l’univers de Flatland que les êtres 2D qui y vivent ont un problème au niveau des concerts de Hard Rock, en effet, les seconds rangs (et les suivants aussi d’ailleurs) ne voient quasiment rien de la scène, ce qui est normal car comme ils sont complètement plats, ils ne peuvent pas voir au dessus.
Ils sont d’ailleurs très mécontents à l’encontre de leur Dieu Abbott à cause de cela. Mais c’est une autre histoire !

Dédé est donc assez contrarié de constater que les premiers rangs sont occupés, il décide alors de jouer des coudes afin de profiter au maximum du spectacle.
Il fonce, mais les spectateurs devant ne l’entendent pas ainsi, il y a une bousculade assez virile et Dédé prend un mauvais coup sur le crâne, il tombe dans les (tranches de) pommes et fait un arrêt cardiaque.
Le SAMU vient rapidement à son secours et lui prodigue les premiers soins, il revient à lui après une dizaine de minutes de mort clinique…
Dédé se retrouve alors à l’hôpital où les membres du groupe Deep Durple sont venus lui rendre visite car ces derniers ont été touchés par l’incident survenu à un de leurs fan.

Dédé raconte alors une curieuse histoire…

L’histoire de Dédé
Lors de son état d’inconscience, Dédé a vu tout ce qui s’est passé en étant « partout en même temps » dans la scène. Un infirmier a même dit (a) « Vite, il faut le ranimer, on va le perdre ! ». De plus, Dédé a vu « par transparence » le logo du groupe à travers lequel il est même passé, il s’est alors rendu compte que ce dernier contient la lettre « P » à l’intérieur (b).
Durant sa période d’inconscience, Dédé pouvait observer chaque détail de la scène et s’éloigner à loisir pour prendre du recul.

La première information (a) est confirmée par le SAMU et la seconde (b) par le groupe qui est très étonné car elle était secrète et connue seulement des musiciens.
Ces derniers avaient d’ailleurs envisagé pendant un temps de s’appeler « Deep Purple », mais ce nom ridicule n’avait aucune chance d’être associé à un quelconque succès commercial !

Que s’est il passé ?
Lorsque Dédé arrive devant la salle de concert, il voit une scène ressemblant à ça :

Concert2_2N’oublions pas que Dédé possède un cerveau qui ne connait que 2 dimensions, donc une scène se présente à lui comme la projection suivant un axe de ce qui est situé devant son regard.
Son cerveau triangule les distances à partir de 2 images décalées qui se forment dans ses yeux. Ce dernier envoie alors une impression de relief à sa conscience, la lumière et les couleurs font le reste.

Pour l’être humain, le mécanisme est identique, sauf qu’il y a une dimension en plus. Les images envoyées au cerveau sont une projection en 2 dimensions d’une scène en 3D.

Pour nous, une vue de dessus de ce que perçoit Dédé serait plus parlante :

Concert3

Ensuite Dédé prend un coup sur la tête et fait un arrêt cardiaque :

NDE DD

et comme on s’y attend il fait une NDE !
(voir la Partie 1)

En temps normal, Dédé évolue dans un espace à 2 dimensions (x,y).
Lors de sa NDE, sa conscience se détache alors de son corps et de déplace suivant une dimension spatiale supplémentaire à son univers. Cette dimension (z) est perpendiculaire aux 2 autres.

5730766_adc7aa5f77_l

Il perçoit alors la scène sous une forme qu’il n’a jamais appréhendée :

Concert NDE2

Retour de Dédé dans son corps
Le cerveau de Dédé est conçu pour gérer 2 dimensions, ce dernier va donc interpréter comme il peut les informations mémorisées durant sa NDE.

Pour le cas du logo du groupe, dans son monde, Dédé serait obligé d’en faire le tour pour se représenter sa forme extérieure. Son cerveau peut alors en construire une représentation dans le plan, mais l’intérieur lui reste caché et il ne peut pas le percevoir sauf si il crée une ouverture dans ce logo (à coup de marteau par exemple !).

Lors de son retour les informations enregistrées durant sa NDE ont été transférées de la mémoire externe vers sa mémoire interne (voir la Partie 1) puis retraitées par son cerveau.
C’est pour cela qu’il se souvient avoir été « partout en même temps » car il percevait toute la scène vu de dessus, et avoir vu l’intérieur du logo « par transparence » car c’est la meilleure approximation qu’a pu faire son cerveau.

Pour être complet, il faut noter que la conscience de Dédé peut se déplacer dans 2 directions possibles par rapport au plan de son univers : vers le haut ou vers le bas.

Haut-Bas3

Si la conscience de Dédé se déplace vers le bas, alors elle percevra une image « miroir » de celle vue d’en haut [3]. Le cœur de Dédé sera à gauche, sa main droite également, etc…
En terme mathématique, cette symétrie s’appelle « énantiomorphe« .
(Du grec ancien enantios « opposé », et morphé « forme ».)

Revenons maintenant à notre univers, on pressent maintenant ce qu’a découvert Jean Pierre Jourdan : lors d’une NDE, notre conscience perçoit une 4ième dimension d’espace !

C. LA DÉCOUVERTE

L’hypothèse de JP Jourdan
Énoncéesous une forme conceptuelle, voici l’hypothèse de Jean Pierre Jourdan [1][2][4]:
« Lors d’une EMI, tout se passe comme si la conscience du témoin percevait notre monde habituel depuis une dimension d’espace supplémentaire »

Il sera plus difficile cette fois de faire des petits dessins car comme Dédé dans son univers, notre cerveau est limité, il n’est équipé que pour interpréter des informations dans 3 dimensions d’espace.

Être partout à la fois
En effet, puisqu’on visualise tout notre espace 3D depuis une dimension supplémentaire, le regard n’est plus centré en un point.

Vision sphérique
C’est une impression donnée par le cerveau, on regarde nos 3 dimensions « par dessus ».

Vision à travers les objets par transparence
Voir en même temps l’intérieur et l’extérieur des objets est équivalent pour le cerveau à voir en transparence.

Passage à travers les objets
C’est une illusion, comme l’impression est d’être partout à la fois, fixer son attention de l’intérieur d’une pièce vers l’extérieur revient à avoir l’impression de passer à travers le mur.

Vision à plusieurs échelles
C’est un effet induit lorsque la conscience fixe son attention sur un détail puis sur un ensemble.

Éloignement de tous les points en même temps
Il s’agit cette fois d’un « déplacement physique » de la conscience dans la dimension supplémentaire, notre perception s’éloigne simultanément de tous les points de notre univers (analogie 2D/3D avec Dédé).

Notre univers à 3 dimensions d’espace semble donc inclus dans un univers plus large à 4 dimensions d’espace ou hyperespace.
Lors d’une NDE, notre conscience s’externalise et détecte cet hyperespace, on peut en quelque sorte parler d’hyperconscience.

D. UN UNIVERS A 4 DIMENSIONS D’ESPACE : HYPERESPACE

Dans notre espace familier, un point P est représenté suivant 3 coordonnées P(x,y,z) définies suivant 3 axes perpendiculaires :

2D3D4D-2

Sur la terre, ces 3 axes sont représentés par exemple par :
– l’axe Nord/Sud (latitude)
– l’axe Est/Ouest (longitude)
– l’axe Bas/Haut (altitude)

Si notre univers possède une dimension d’espace supplémentaire, alors un point possédera une coordonnée k supplémentaire : P(x,y,z,k).

k représente une 4ième coordonnée suivant un nouvel axe perpendiculaire aux 3 premiers (on dit orthogonal).
Il n’est pas possible de représenter 4 axes orthogonaux dans notre espace 3D, même si la manipulation mathématique de cet espace ne pose pas de problèmes.
On va donc procéder par analogie en prenant en compte seulement 2 dimensions « habituelles » (x,y) pour visualiser la 4ième :

ANA-KATA2

L’univers que nous percevons est représenté sur le schéma suivant le plan bleuté qui montre les dimensions (x,y) qui pourraient être :
– l’axe Nord/Sud (latitude)
– l’axe Est/Ouest (longitude)

L’axe des z n’est pas représenté mais il existe !

Constatation importante
Dès lors où l’on ajoute une dimension d’espace, alors un degré de liberté supplémentaire apparait.
Un déplacement dans cette 4ième dimension peut avoir lieu suivant 2 directions possibles.
Le mathématicien Britannique Charles H Hinton qui est l’un des pionniers des recherches sur la 4ième dimension a proposé de les nommer par 2 termes Grecs « ana » (vers le haut) et « kata » (vers le bas).

On remarque que notre univers sépare cet hyperespace en 2 régions. L’une d’elle étant dans la direction kata, et l’autre dans la direction ana.

De même que pour Flatland en 2 dimensions, notre espace 3D vu depuis la quatrième dimension présente une symétrie énantiomorphe selon la région (ana ou kata) à partir de laquelle il est observé.

Pour ceux qui veulent commencer à « penser en 4D », voir l’exemple du « Tesseract » ou hypercube 4D.

Résumé
Notre univers à 3 dimensions d’espace est plongé dans un univers à 4 dimensions d’espace.

Geometricon01

Ci-dessus le célèbre Anselme Lanturlu plonge un plan en 2D dans un espace 3D ! [7]

Notre univers global possède donc 4 dimensions dans lesquelles nous pouvons nous repérer à l’aide des axes suivants (*) :
– l’axe Nord/Sud (latitude)
– l’axe Est/Ouest (longitude)
– l’axe Bas/Haut (altitude)
– l’axe Ana/Kata (4ième dimension)

(*) Ce n’est que l’un des repères possibles.

Premières implications d’une 4ieme dimension d’espace
Si une 4ième dimension d’espace existe, alors quelques questions se posent immédiatement :
. Notre univers possède t’il ou non une épaisseur dans cette dimension ?
. Qu’y a t’il dans les 2 régions de l’hyperespace ana et kata ?
. La matière peut elle pénétrer dans la 4ième dimension ?
. Si oui, comment faire ? (Notre hyperconscience externe semble déjà présenter cette capacité).

E. CONCLUSION
Rappelons brièvement que le modèle proposé par Paul Jorion [6] distingue 3 espaces de modélisation :
. L’être donné (l’univers réel)
. La réalité objective (espace construit par l’esprit humain)
. Le monde sensible (informations primaires perçues par les 5 sens)

Les NDE nous renseignent donc à travers le monde sensible sur une information nouvelle concernant l’être donné : il existe une 4ième dimension d’espace ! (*)
De plus, la conscience externalisée peut y évoluer librement…

Nous sommes donc très probablement à l’aube d’un changement majeur de paradigme.

Pour y arriver, la communauté scientifique doit effectuer au préalable une prise de conscience afin d’orienter ses recherches dans cette direction.
De plus, comme le dénonce Edgar Morin, l’un des principaux problèmes que rencontre la recherche est le cloisonnement entre les disciplines.
Un cosmologiste n’échange pas avec un neurologue !

Ici, il n’y a aucune barrière comme on le verra dans de futurs articles, les découvertes effectuées dans le cadre des NDE vont être réutilisées ailleurs car l’univers est UN !

(*) Même si en toute rigueur, la valeur de vérité de cette proposition peut être discutée [6]

Références
[1] « Deadline, dernière limite » Jean Pierre Jourdan
[2] « NDE and the 5th Dimensional Spatio-Temporal Perspective » Journal of Cosmology, 2011, Vol. 14
http://journalofcosmology.com/Consciousness152.html
[3] « La 4ième dimension » Rudy Rucker
[4] « L’Expérience de Mort Imminente » Actes du colloques de Martigues en 2006
[5] IANDS France
http://www.iands-france.org/
[6] « Comment la vérité et la réalité furent inventées  » Paul Jorion
[7] « Le Geometricon » Jean Pierre Petit (Télécharger ici)

Sur ce site
[8] NDE/EMI – Partie 1 : Etat des lieux

Tags
Conscience, EMI, NDE, Flatland, Espace Temps, Hyperespace, Jean Pierre Jourdan, Rudy Rucker, 4ième Dimension, Enantiomorphe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s