Fatima 1917, un siècle après…

Des événements étranges rapportés par plus de 50 000 témoins ont eu lieu en 1917 à Fatima. Après plusieurs années d’enquête serrée, l’église catholique s’étant approprié le dossier finit en 1930 par conclure à un miracle avéré.
Cet article revisite ces événements et propose une lecture réactualisée et rationnelle de ces derniers.

PARTIE 1 : LES DONNÉES HISTORIQUES

13 mai 1917
Nous sommes dans le hameau d’Aljustrel qui fait partie de la paroisse de Fatima à environ 130 km de Lisbonne au Portugal.
Jacinta et Francisco Marto accompagnés de leur cousin Lucia Dos Santos, trois petits bergers de 9 à 10 ans témoignent qu’une dame habillée de blanc est apparue et leur a demandé de réciter un chapelet afin d’obtenir la paix dans le monde et la fin de la guerre.
La dame leur dit alors qu’elle reviendra le mois suivant.

Jacinthe, François et Lucie_colorJ. et F. Marto, L. Dos Santos

13 juin 1917
Les enfants accompagnés de quelques dizaines de personnes venues « pour voir » sont au rendez vous.
L’apparition est là et délivre aux enfants un message à connotation religieuse ainsi que l’annonce du décès prochain des 2 frères et sœurs.
Les autres témoins ne perçoivent ni la dame en blanc ni ses paroles, mais des phénomènes annexes sont visibles tels que l’arbre où siège l’apparition qui ploie, un sillage lors du départ de cette dernière et des sons.

13 juillet 1917
4000 personnes qui ne constatèrent que des éclairs et halos de lumière accompagnent cette fois les enfants et la dame apparaît. Elle s’adresse à Lucie et l’informe qu’un secret en 3 parties contenu dans le message délivré sera dévoilé en 1942 pour les 2 premières parties et en 2000 pour la 3ième partie.

13 et 19 aout 1917
Le 13 aout, l’administrateur du canton fait enfermer les enfants et 18 000 personnes vont au rendez vous pour assister aux phénomènes déjà vus lors des précédentes apparitions mais les enfants ne sont pas là et le contact ne se produit pas.
Le 19 aout, les enfants libérés ont repris leur activité de bergers et une nouvelle apparition de celle qui se prétend être la vierge a lieu.

13 septembre 1917
C’est la 5ième apparition avec environ 30 000 fidèles au rendez vous.
Cette fois l’apparition annonce pour le mois suivant la « venue du Seigneur, de Notre Dame du Carmel et de Saint Joseph avec l’enfant-Jésus ».

13 octobre 1917
Ce jour là, il pleut à torrent sur la Cova Da Iria et une foule de 50 000 personnes environ est présente pour assister aux événements. Pour se faire une idée, cette foule représente le stade de France plein à craquer lors du dernier concert d’AC/DC !

fatima213/10/1917 : la foule sous la pluie

Parmi eux, bien sur des fidèles de l’église catholique mais aussi des incroyants, des fermiers, des scientifiques et des journalistes. Comme on peut s’y attendre, tout le monde est accouru pour assister au miracle annoncé.
A l’heure exacte prévue, soit 12H30 (14h00, heure locale), l’apparition se présente comme étant « notre dame de rosaire » communique avec les 3 voyants qui sont les seuls à la voir et à l’entendre, elle leur délivre un message annonçant la fin de la guerre et leur demande de faire construire une chapelle en son honneur.

A la fin de l’entretien avec les voyants, le spectacle du soleil appelé aussi « danse du soleil » commence…

La danse du soleil

La pluie battante s’arrête soudainement et laisse place à un ciel bleu entièrement dégagé.

Fatima-Oct1917-Foule-0113/10/1917 : juste après 12h30, le ciel s’est dégagé

Le soleil fut alors parfaitement visible avec des contours bien nets et une luminosité anormale car non éblouissante.
Ce dernier se mit alors soudainement à tourner très rapidement sur lui-même en projetant des rayons lumineux multicolores qui éclairèrent le sol et les spectateurs.
Brusquement, il se détacha de sa position habituelle pour venir survoler la foule de sa taille imposante accompagné de mouvements brusques et en zigzag avant de finir par rejoindre sa position initiale.
Il se remit alors à briller pour reprendre son éclat aveuglant habituel.
La durée totale du spectacle fut d’environ 10 à 15 minutes.

fatima_soleil_qui_danseUn des rares clichés montrant la danse du soleil

fatimaAgrandissement du « soleil »

Article daté du 15 octobre du journal libre penseur Lisbonnais « O Seculo »
« … Et l’on assiste alors à un spectacle unique et incroyable pour tous ceux qui n’en furent pas témoins… Le soleil rappelle une plaque d’argent mat… Il n’aveugle pas ! On dirait qu’il se produit une éclipse. Mais voici que s’élève une clameur formidable : Miracle, miracle ! Sous les yeux éblouis de cette foule, dont l’attitude nous transporte aux temps bibliques et qui, pâle d’épouvante et tête nue, regarde l’azur firmament, le soleil trembla ! Le soleil eut des mouvements brusques, jamais vus et en dehors de toutes les lois cosmiques ! Le soleil « se mit à danser » selon l’expression typique des paysans !… Il ne reste maintenant qu’une chose : c’est que les savants nous expliquent, du haut de leur compétence, la macabre danse solaire, qui, aujourd’hui à Fatima, a fait jaillir des « hosannas » de la poitrine des fidèles ; et qui, comme me l’affirment les gens dignes de foi, a laissé très impressionnés les libres-penseurs eux-mêmes, ainsi que d’autres personnes sans aucune préoccupation religieuse, qui étaient accourues sur cette lande désormais célèbre »

Autres témoignages
José Proënça de Almeida Garrett (professeur de médecine à l’Université de Coimbra).
« … je pus le voir semblable à un disque au bord net et à l’arête vive, lumineux et brillant…il tournait sur lui-même à une grande vitesse…conservant la rapidité de sa rotation, le Soleil se détache du firmament, et, rouge sang, avance vers la Terre, menaçant de nous écraser sous le poids de son immense masse ignée. Ce furent des secondes terrifiantes… »

Marques da Cruz (académicien) qui cite dans son livre le témoignage direct de sa sœur et du célèbre poète Alfonso Lopes Vieira (30 octobre 1935)
« …Mais voici que tout à coup la pluie cessa et le soleil sortit, projetant ses rayons sur la terre. Il semblait tomber sur la tête de toute cette foule, et tournait sur lui-même comme une roue de feu d’artifice, prenant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel… Et nos visages, nos habits et jusqu’au sol lui-même, tout prenait ces mêmes couleurs fantastiques… »

13 juillet 1931 : Ignacio Lourenço Pereira (missionnaire aux indes)
(Depuis le village d’Alburitel à 18 km de Fatima)
« …Je regardais le soleil fixement. Il me paraissait pâle et n’éblouissait pas. On eût dit un globe de neige qui tournait sur lui-même… Puis, tout à coup, il s’est comme détaché du ciel, roulant de droite et de gauche comme s’il tombait sur la terre !!… »

Phénomène localisé
Des témoins indépendants de la foule rassemblée à une distance de plusieurs kilomètres (village d’Alburitel) ont donc rapporté les mêmes observations ce qui infirme toute idée éventuelle d’hallucination collective (*).

L’observation du 13 octobre fut donc localisée dans la région de Fatima comme le prouve le fait qu’aucun observatoire n’a enregistré quoique ce soit.
Bien entendu, inutile de préciser que le véritable soleil est resté à sa place ce jour là sinon, toute vie aurait immédiatement disparu de la terre et vous ne seriez pas en train de lire tranquillement cet article !

(*) Une hallucination collective sur plus de 50 000 personnes est elle d’ailleurs seulement concevable ?

Les suites et l’enquête
Comme annoncé lors de la 2ième apparition, François et Jacinthe Marto disparurent très tôt de maladie en 1919 et 1920.
Lucie Dos Santos entre au couvent en 1925.
Le contact ayant un contenu à connotation religieuse, il est naturel que ce soit l’église catholique qui ait lancé une enquête sur l’ensemble de ces données.
Dans un premier temps durant 5 ans, l’église crut bon d’ignorer purement et simplement les événements rapportés en 1917.
L’enquête n’a démarré qu’en 1922 à la suite de la nomination d’un nouvel évêque dans la région de Fatima : José Alves Correia.
Nonobstant l’idéologie et les croyances de l’église, on peut raisonnablement considérer que cette longue enquête d’une durée de 7 ans fut menée avec rigueur et sérieux par cette dernière.
La validation officielle de l’église est publié le 13 octobre 1930. L’évêque José Alves Correia da Silva reconnaît les apparitions comme dignes de foi et approuve le culte à notre dame de Fatima.
http://nouvl.evangelisation.free.fr/eglise_portugal_leiria_fatima.htm
En 1931, construction de l’église de Fatima sur les lieux des apparitions avec un sanctuaire de 86 000 M2 pouvant accueillir jusqu’à 300 000 personnes.

La version ecclésiastique
Comme on peut s’y attendre l’église interpréta les apparitions et les messages associés au premier degré. Pour cette dernière, il ne fait aucun doute que la vierge Marie est apparue à Fatima pour délivrer un message au monde.
Les croyants affluent depuis lors faisant ainsi de Fatima le 4ième lieu de pèlerinage catholique du monde.

En synthèse, à l’issue d’une enquête de 7 années, les conclusions de l’église furent les suivantes :
1. Les faits relatés sont avérés
2. Ces faits sont dus à une intervention extérieure non naturelle
3. Cette intervention extérieure est de nature mystique et de l’ordre du miracle

Les 2 premiers points conservent encore aujourd’hui leur pertinence. Le 3ième point en revanche non recevable du point de vue rationnel mérite donc un nouvel examen.

PARTIE 2 : RECONSTITUTION ET ANALYSE DES ÉVÉNEMENTS

La première question qui se pose est de savoir quelle aurait été à l’époque l’entité la plus compétente pour enquêter sur ces manifestations.

Les scientifiques
On voit déjà mal les scientifiques de différents domaines se pencher sur ce sujet (*) car leur fonction est de comprendre et théoriser les phénomènes naturels. ce qui s’est déroulé ne pouvait à l’évidence pas rentrer dans cette catégorie.
Citons ici la remarque d’un témoin direct, professeur à la Faculté des Sciences de l’Université de Coïmbra, le Dr Almeida Garrett qui peut être considéré comme un digne représentant du monde scientifique :
« …Tous ces phénomènes que je viens de citer et de décrire, je les ai observés moi-même, froidement, calmement, sans aucun trouble … Je laisse à d’autres le soin de les expliquer et de les interpréter »

(*) A part éventuellement la branche qui étudie les comportements non humains : l’éthologie.
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89thologie

Police, armée et autres autorités administratives…
Une autorité administrative telle que la police ou l’armée aurait éventuellement pu se charger de l’enquête mais la conclusion aurait sans doute été la suivante : pas d’explication !

Il n’existait en fait à l’époque aucune organisation compétente pour prendre en charge l’analyse d’un tel sujet.
Et donc puisque le contenu du message était à connotation religieuse, le boulot d’analyse est revenu par défaut et assez naturellement à l’église.

Croyez vous aux miracles ?
Le problème est que si l’on convient comme toute personne douée de raison que les concepts de miracles et de magie relèvent de l’obscurantisme, alors l’interprétation miraculeuse n’explique rien et permet seulement de masquer le problème en jouant à la politique de l’autruche.
Si au contraire on se place sur le terrain de la logique et du rationnel, alors on est bien obligé de considérer que ce qui s’est passé en 1917 à Fatima relève d’autre chose.

Intervention extérieure
Disons le tout de suite, cela peut être dérangeant pour certains mais il est clair que ce qui s’est passé ce jour là ne peut qu’avoir été provoqué par une intervention extérieure intelligente et étrangère à la société humaine.
Pour donner un nom le plus neutre possible cette intelligence extérieure, empruntons à Christel Seval le terme de « marionnettistes ».

Le message et son support
Il convient d’abord de bien distinguer le contenu du message de la forme du message.
En ce qui concerne le contenu, ce dernier est peu original car il s’agit d’un simple message humaniste. Ce type de message reste cependant assez pertinent car d’une part notre civilisation en a toujours manqué cruellement dans les actes et d’autre part, l’audience de l’époque était « grand public » et en moyenne peu éduquée, il fallait donc un contenu simple à comprendre et éventuellement à appliquer.
Enfin, l’époque était d’une grande violence car la 1ière guerre mondiale avait déjà fait quelques millions de morts.

Le plus intéressant reste bien sur la forme du message qui avait pour objectif de marquer la mémoire humaine sur le long terme afin que des générations futures revisitent le sujet.

Scénario de l’intervention
Ce scénario a donc été conçu très habilement sur une durée de plusieurs mois pour attirer l’attention de la population.
Les vecteurs de transmission des premiers messages (d’innocents enfants illettrés) furent soigneusement choisis afin qu’ils ne puissent être soupçonnés d’être les instigateurs d’une manipulation durant la première phase des 5 premières apparitions.
L’annonce successive des visites à intervalles fixes d’un mois avaient pour but d’attirer progressivement l’attention du plus grand nombre possible de croyants qui pouvaient donc aisément se rendre au bon endroit au bon moment pour être témoins de quelques faits préliminaires anormaux.
La phase 2 a alors été annoncée sous la forme d’un « grand miracle visible de tous » pour attirer cette fois le grand public y compris des journalistes, des scientifiques et des athées (appelés à l’époque libres penseurs), le nombre considérable de témoins interdirait alors toute accusation ultérieure d’affabulation.

Aspect technique
En 1917, la danse du soleil présentée n’était ni réalisable avec les moyens techniques de l’époque ni même concevable.
Aujourd’hui, même avec des moyens techniques contemporains et avec un budget conséquent, ce qui a été montré le 17 octobre reste jusqu’à preuve du contraire toujours irréalisable.
Cependant contrairement à l’époque, nous sommes en mesure aujourd’hui de concevoir ce qui fut observé en extrapolant des progrès techniques futurs.

Engins volants à hautes performances
Pour réaliser le spectacle du 17 octobre 1917, on pourrait imaginer d’envoyer à Ariane Espace, Dassault ou Boeing le cahier des charges d’un engin aérien possédant les caractéristiques suivantes :
– forme sphérique pouvant évoluer dans l’atmosphère et dans l’espace proche
– diamètre 50 mètres minimum
– système(s) de propulsion silencieux
– accélérations très importantes
– capacité au vol stationnaire
– capacité auto rotative lors du vol stationnaire
– en option, un système de projection laser multifréquences
– etc…
Il n’est pas certain que les sociétés citées répondent à cet appel d’offre, du moins pas dans un futur proche !

Contrôle de la météo
D’autre part, un détail semble avoir échappé aux analystes contemporains qui ont déjà proposé une interprétation du spectacle de ce 17 octobre.
En effet, juste avant 12h30 – l’heure annoncée pour le show – le ciel était bouché et couvert de nuages avec une pluie battante.
A l’heure pile annoncée, la pluie s’est arrêtée pour laisser la place au « soleil » qui a ensuite démarré sa sarabande.
La probabilité que cet événement soit du au hasard est tout simplement nulle, on en déduit donc que les organisateurs maitrisent également une technologie qui permet le contrôle de la météo locale.
De nos jours, cette possibilité est plus qu’évoquée dans les cartons des scientifiques et certains pensent même que cette dernière existe déjà au niveau militaire, je fais allusion au fameux projet HAARP.

Scénario pour la danse du soleil, version 2010

Voici un scénario proposé pour expliquer l’envers du décor du show présenté aux témoins :

Phase 1 :
Lancement du système de contrôle météo en mode « nuages et pluie battante » assez tôt pour masquer les préparatifs du spectacle aux nombreux témoins présents sur le site.

Phase 2 :
Masqué par les nuages, un premier engin volant situé à 10 000 km (*) de la terre déploie un écran bleu de 1 km de diamètre puis s’approche lentement du sol de manière à ce que l’écran reste dans l’axe d’alignement du soleil et d’un point bien précis : un petit vallon où 50 000 personnes attendent l’événement annoncé.
Un second engin à priori sphérique, de taille plus réduite (environ 50 mètres de diamètre) se positionne entre le premier engin et le sol suivant le même axe.
L’engin N° 1 se fixe à 50 km d’altitude et le second à 5 km seulement, le but étant que l’angle visuel apparent de l’engin N°2 soit identique à celui du soleil soit une valeur de ½ degré.
Le vrai soleil est alors entièrement masqué par l’écran sur une surface au sol de 20 hectares environ, supérieure à celle du vallon de Fatima où sont rassemblés les spectateurs.

(*) Une variante de ce scénario pourrait consister à positionner l’engin N°1 en vol stationnaire à la distance de 50 km dans l’axe du soleil avant de déployer l’écran bleu un peu comme un parapluie.
La difficulté technique de l’échauffement du à la rentrée dans l’atmosphère serait alors moins critique, si tant est que ce soit un problème pour nos marionnettistes !

Phase 3 :
Le système de contrôle météo dégage alors le ciel un peu comme une ouverture de rideau en début de spectacle.
Les spectateurs ébahis croient découvrir le vrai soleil à ceci près qu’il est beaucoup moins brillant que l’original. Ils ne se rendent pas compte qu’il s’agit en réalité d’un artefact.

Danse_du_Soleil_Fatima_13_oct_1917Fatima, octobre 1917

Phase 4 :
Comme lors d’une exhibition au salon aéronautique du Bourget, l’engin N°2 a alors tout le loisir de démontrer au public ses capacités exceptionnelles de vol.
Il modifie sa luminosité et ses couleurs avant de se mettre en rotation sur lui-même puis de se déplacer pour effectuer la danse/spectacle devant la foule de témoins qui n’y voient que du feu si l’on peut dire.

Le_bourgetLe Bourget, juin 2009

Phase 5 :
A la fin de son show, l’engin N° 2 reprend sa position initiale dans l’axe Fatima/Engin N°1/Soleil.

Les 2 engins n’ont alors plus qu’à s’éloigner avec une vitesse relative soigneusement réglée.
Le premier engin s’éloigne de son coté très rapidement en restant toujours dans l’axe du vrai soleil afin que l’écran bleu devienne progressivement indétectable (*) devant le soleil qui reprend sa brillance éblouissante habituelle en masquant progressivement les 2 engins.
(*) Ou refermé puis éventuellement largué dans la mer car devenu inutile.

Phase 6 :
Masqué par le soleil, l’engin N° 2 disparaît à son tour en suivant le même chemin dans l’axe de vision de la foule vers le soleil.

Conclusion
Le phénomène observé à Fatima le 13 octobre 1917 a été annoncé au préalable à 3 jeunes témoins par ce même phénomène !
Ces derniers ont témoigné de plusieurs apparitions prétendues mariales récurrentes ayant pour but d’attirer progressivement un maximum de curieux.
Et comme annoncé, un spectacle impressionnant fut présenté à une foule de plus de 50 000 personnes rassemblées en ce lieu.
Le nombre de témoins était tellement élevé que les faits ne peuvent être contestés.
A l’époque personne y compris les scientifiques ne fut capable de proposer une explication, c’est pourquoi le dossier fut pris en charge par l’église, elle-même d’abord réticente mais qui finit par conclure naturellement au miracle après une longue enquête.
Un siècle plus tard, cette affaire est restée dans les mémoires en particulier pour les fidèles de l’église catholique.
Toutefois, il est aujourd’hui possible de proposer une explication qui ne requiert plus le concept arbitraire de miracle.
Cette explication inclut cependant l’utilisation d’une technologie qui n’était pas à la portée des hommes de 1917, cette dernière reste encore au delà de nos capacités, mais elle devient concevable.
Cette explication induit cependant l’idée fondamentale d’intervention extérieure à l’humanité, ces événements constituent donc clairement un contact avec ingérence dans les affaires de notre civilisation.

Le véritable message n’est donc pas celui qui a été transmis mais plutôt :
« Nous existons ! »

La véritable question qui se pose alors est :
« Qui êtes vous ? »

Article publié sur Agoravox

Liens
http://wapedia.mobi/fr/Notre-Dame_de_F%C3%A1tima
http://www.williamjames.com/Folklore/WORLDS.htm
L’idée de l’écran bleu revient à l’ingénieur Jean Goupil (livre de JC Bourret publié en 1999) :
http://www.forum-ovni-ufologie.com/les-etudes-et-avis-scientifiques-f48/l-hypothese-du-champ-repulsif-jean-goupil-1974-t7759.htm

Bibliographie
« Le plan pour sauver la terre » Christel Seval
http://www.amazon.fr/Plan-pour-sauver-Terre/dp/2915164525
Le miracle de Fatima « Gilles Pinon »
http://www.decitre.fr/livres/Le-miracle-de-Fatima.aspx/9782357780262

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s