11 septembre 2001 – Partie 3 : la vérité est ici

« Plus le mensonge est gros, mieux il passe »
Joseph Goebbels (ministre de la Propagande d’Adolf Hitler)

11-septembre-2001-7-ans-mensonges-L-1

1. Préambule
Après le post sur la théorie du puzzle, il était tentant d’appliquer cette dernière à l’analyse des tenants et aboutissants des attentats du 11 septembre.

Rappel des 2 premières parties de cette étude :
Partie 1 : Pentagone
Partie 2 : Twin Towers

2. Version officielle
La version officielle des attentats du 911 indique que ces derniers font partie d’un complot de la part d’une organisation terroriste internationale dénommée Al Qaida dont le chef se nomme Oussama Ben Laden.
Son quartier général est localisé dans une grotte en Afghanistan !
Les mobiles de cette organisation sont d’ailleurs restés obscurs dans cette version car les attentats n’ont d’une part jamais été revendiqués officiellement (*) et d’autre part, aucun objectif à ces derniers n’a été proposé comme par exemple le retrait de troupes US de tel ou tel pays.
En fait, dans la foulée de l’énorme émotion mondiale induite par ces événements l’administration Bush a dénoncé des coupables sans fournir une seule preuve pour étayer sa thèse.

Ensuite l’invasion de l’Afghanistan puis celle de l’Irak furent basées sur ces affirmations non démontrées en ajoutant quelques mensonges au passage.

Puisque la version officielle ne colle pas avec les pièces du puzzle que l’on connaît, une autre version plus vraisemblable mais psychologiquement plus difficile à accepter sera développée.

(*) Le 17 septembre 2001, CNN publie un article qui dit que Ben Laden nie toute responsabilité dans ces attaques :
http://archives.cnn.com/2001/US/09/16/inv.binladen.denial/

3. Un peu d’histoire
Il s’agit d’abord de remonter le temps afin de mettre en relief des faits historiques qui mis bout à bout vont éclairer l’ensemble.

7 décembre 1941 – Attaque de Pearl Harbor
L’attaque surprise de Pearl Harbor par le Japon a provoqué l’entrée en guerre des États Unis au coté des alliés, en effet l’opinion publique US n’était pas favorable à l’implication de leur pays dans la guerre.
Il fallait donc un événement justificatif fort pour obtenir l’adhésion du peuple américain.

Industrie militaire US boostée
L’attaque sur Pearl Harbor eut pour réponse de mettre en branle une gigantesque mobilisation industrielle états-unienne dépassant toutes les prévisions.
Pour fixer les idées, quelques chiffres qui donnent le vertige (source Wikipedia) :
– environ 50 000 tanks Sherman M4 fabriqués entre 1942 et 1945
– près de 300 000 avions de combat
– plus de 120 portes avions, à la fin de la guerre en 1945 l’US Navy possédait 8 flottes incluant 95 portes avions.
– et enfin le projet Manhattan, développement de la bombe atomique en 3 ans !

Guerre froide et guerre du Vietnam
A l’issue de la 2ième guerre mondiale, 40 ans de guerre froide que certains qualifient de 3ième guerre mondiale ont encore boosté la course aux armements conventionnels et nucléaires.
Les forces Est/Ouest en présence étaient colossales, regardez ces chiffres.
La guerre du Vietnam de 1959 à 1975 fut le théâtre de l’affrontement indirect des 2 blocs.

17 janvier 1961 : L’avertissement du président Eisenhower
Extrait
Dans les conseils du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence sans garantie, voulue ou pas, du complexe militaro-industriel. Le risque potentiel d’une augmentation désastreuse d’un pouvoir mal placé existe et persistera.
Nous ne devrons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés et processus démocratiques. Nous ne devons jamais rien prendre pour acquis et seul des habitants bien informés pourront éviter la contrainte de l’engrenage possible d’une énorme machine industrielle militaire afin de l’adapter avec des méthodes et des buts paisibles, de sorte que la sécurité et la liberté puissent prospérer ensemble.

Texte intégral ici.

13 mars 1962 : Le projet NORTHWOODS
En 1962, pour légitimer une guerre contre Cuba, l’état-major interarmes des Etats-Unis avait envisagé des attentats terroristes contre sa propre population.
En résumé, il s’agissait de monter des attentats internes en assassinat des citoyens US, de faire accuser Cuba d’en être à l’origine pour justifier ainsi l’invasion de l’île, voici ce qui était prévu :
– Faire attaquer de la base américaine de Guantanamo par de faux soldats Cubains
– Faire sauter un navire américain dans les eaux territoriales cubaines avec fausses obsèques, etc…
– Bombardement par un faux avion cubain de la république Dominicaine
– Détruire un vol spatial habité, la victime aurait été John Glenn, le premier astronaute US !
– Faire croire à la destruction d’un avion de ligne US par la chasse cubaine

Incroyable dites vous ?
Alors lisez ceci, ces documents ont été déclassifiés en 1997 par le président Clinton.

22 novembre 1963 : Assassinat du président Kennedy à Dallas
Le président Kennedy n’a pas cédé face au groupe de pression de militaires extrémistes qui a conçu le projet Northwood.
Prenant en compte l’avertissement de son prédécesseur Eisenhower il décide d’empêcher sa mise en œuvre et de sanctionner certains hauts responsables de l’armée, décision vraisemblablement liée en partie à son assassinat, mais c’est une autre histoire.

1989 : chute de l’Union Soviétique
La chute du bloc de l’Est, l’une des 2 seules superpuissances laisse le complexe militaro-industriel américain sans justification pour son existence, il n’y a plus d’ennemi de taille comparable.
C’est à ce moment là qu’il convient de se souvenir de l’avertissement d’Eisenhower….

1997 : PNAC, Projet pour le Nouveau Siècle AmériCain

Résumé :
Fondé au printemps 1997, le PNAC se définit comme une organisation militante non commerciale dont l’objectif est la promotion d’un American Global Leadership (Domination mondiale américaine).
Le PNAC se place ainsi comme groupe de réflexion et d’influence (Think Tank), œuvrant à trouver et engager des moyens de prolonger au XXIe siècle la domination mondiale des États-Unis acquise depuis la Seconde Guerre mondiale, que ce soit dans les domaines politique, économique, culturel ou militaire.

Donc puisque l’objectif officiel des États-Unis est de dominer le monde y compris par la force militaire (dixit le PNAC), il est nécessaire de prendre le contrôle des ressources énergétiques, d’imposer la volonté des USA aux pays non alignés sur leur politique et surtout d’empêcher l’apparition d’une ou plusieurs puissances concurrente dans le futur (on pense à la Chine et à la Russie qui ont une croissance économique supérieure à celle des USA).

Le PNAC contient la petite phrase suivante :
…De plus, le processus de transformation, même s’il apporte un changement révolutionnaire, sera probablement long en l’absence d’un événement catastrophique et catalyseur [d’opinion] – comme un nouveau Pearl Harbor…

Signataires du PNAC :
William Kristol, Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, Jeb Bush (Frère de Georges Bush), Richard Perle, Dick Cheney...
A noter qu’André Glucksmann et Bernard Kouchner ont également signé une lettre ouverte présentée par ce Think Tank conservateur aux chefs d’états et de gouvernements de l’Union européenne.

11 septembre 2001 : Attentats à NYC et Washington
Destruction des Twin Towers, explosion sur le Pentagone, environ 3000 victimes civiles américaines officiellement suite au détournements suicides de 4 avions de ligne par des pirates de l’air.
Ces pirates furent officiellement mandatés par le groupe terroriste musulman extrémiste Al Qaida.

26 octobre 2001 : Patriot Act
Cette loi, conséquence directe des attentats du 11 septembre 2001, renforce énormément les pouvoirs des différentes agences gouvernementales des États-Unis (FBI, CIA, NSA et l’armée) .
Elle fut considérée comme une loi d’exception, dont les dispositions n’étaient valables que pour quatre années.
C’est une loi liberticide qui a été votée à la hussarde 45 jours seulement après les attentats, ce qui laisse à penser qu’elle avait été préparée avant.

4. Version corrigée
Le scénario ci-dessous relie maintenant tous les faits cités précédemment :

  1. Nous sommes la faction belliqueuse du complexe militaro-industriel US qui inclut une partie du pouvoir politique.
  2. Nous avons un objectif de domination mondiale clairement affiché : le PNAC.
  3. Nous avons un complexe militaro-industriel prêt à l’emploi dont l’existence doit être justifiée après la chute du bloc soviétique. Ce complexe d’une puissance phénoménale est issu de la 2ième guerre mondiale et de la guerre froide.
  4. Dès 1961, nous avions déjà des projets d’auto-attentats (Northwood) pour envahir Cuba qui ont été compromis par le président Kennedy, ce dernier a été mis hors d’état de nuire à l’époque.
  5. Nous avons déterminé dans notre think thank que pour accélérer la mise en oeuvre de notre grand projet (PNAC), nous devons lancer rapidement quelques guerres.
  6. Pour lancer des guerres, nous avons besoin du soutien de l’opinion publique comme en 1941 pour rentrer dans le conflit mondial.
  7. L’attaque sur Pearl Harbor nous a permis d’obtenir ce soutien à l’époque.
  8. Nous avons donc besoin d’un nouveau Pearl Harbor.
  9. Nous concevons donc un nouveau projet d’auto-attentat sur NYC et Washington.
  10. Le président cette fois ne nous bloquera pas, il est des nôtres.
  11. On lance l’opération 11 septembre qui est un succès, on limite cependant le nombre de victimes en choisissant judicieusement les horaires des attaques.
  12. Nous faisons porter le chapeau de cette opération à une pseudo organisation terroriste islamique mondiale dont le QG est situé dans une grotte Afghane.
  13. On vote immédiatement après sous couvert d’état de guerre une loi anticonstitutionnelle qui permet de contrôler toute velléité d’opposition : le Patriot Act.
  14. Et on a enfin les mains libres pour enfin envahir l’Afghanistan, l’Irak, l’Iran, le Pakistan, etc, etc….

5. Conclusion
On peut s’interroger sur le fait qu’aucun média mainstream ne se soit encore penché d’une manière objective sur la pertinence de la version officielle des attentats en diffusant certains des excellents reportages indépendants.

Il existe  2 raisons à cela, la première est que certains journalistes ne se posent pas de questions et acceptent cette version en l’état.
Cela peut sembler étrange car par nature, un journaliste est justement censé remettre en question les informations fournies par le pouvoir.

La seconde raison est la peur.
Le premier organe de presse qui rouvrira le dossier sera à coup sur victime d’une cabale de la part de tous les autres (voir l’exemple de Meyssan) et au pire, le patron de presse qui aura laissé filer l’affaire sera sanctionné et mis à la porte. De plus le puissant ami américain ne restera peut être pas sans réagir.

Cette attitude induit pour le public qui va chercher de lui même l’information non prédigérée sur le Net, une prise de conscience du fait que la presse informe de moins en moins et qu’elle désinforme de plus en plus.
Donc une  perte de confiance suivie d’une désaffection progressive vis à vis de cette dernière est sans aucun doute en train de se produire dans le public.

Il est remarquable de constater sur un exemple concret le décalage entre ce qu’écrit une journaliste et les réactions des lecteurs qui à 98% sont scandalisés par ce qu’ils lisent : voir ici l’affaire de l’article de Marianne2.fr sur Marion Cotillard.

Il est logique également de supposer qu’une reprise en main de l’Internet, dernier bastion de la liberté d’expression soit en cours d’étude dans les sphères du pouvoir….

Cependant, il faut se rappeler toujours, encore et encore que :
« El pueblo unido jamás será vencido » !

 

Liens
http://news.reopen911.info/
http://www.solidariteetprogres.org/article471.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s